Premiers semis au jardin

Avril est déjà arrivé. Il est temps de se mettre sérieusement aux semis au jardin. Les trois premiers mois ont été bien occupé entre la commande des graines et la planification au potager, la construction d’un tunnel et d’un deuxième silo à compost.

Mais je trépignais beaucoup à la maison alors j’ai tenté de faire mes premiers semis assez tôt. Les quinze premiers jours de février relativement doux m’ont permis de commencer mes semis sous abri. J’ai planté des radis, des épinards et de la laitue à couper feuille de chêne blonde. J’ai essayé de ne pas trop serrer les graines de radis lors de la plantation pour ne pas les éclaircir plus tard. Puis le froid est revenu donc tous mes légumes ont eu un peu plus de mal à se développer. Deux mois après les premières plantations, j’ai dégusté les premiers radis, il y a quelques jours. Bien sûr et sans chauvinisme aucun, ils étaient délicieux. Chaque année, je fais quelques tests. Est-ce une bonne idée de semer dès la mi-février si le temps le permet ou faut-il encore attendre un mois pour commencer le jardin? J’ai bien sûr pris des notes sur mon cahier de jardin pour savoir si je recommencerai l’année prochaine. Le test étant plutôt positif, je pense retenter l’expérience en 2017.

Un mois plus tard, à la mi-mars, j’ai fait une deuxième série de semis, toujours des radis, des épinards et cette fois du mesclun à la place de la salade et toujours sous tunnel. Le plus dur au jardin est d’arriver à planter ses légumes régulièrement pour en avoir toujours à récolter. Si pour l’instant j’espace mes semis de radis de un mois, je vais bientôt les semer tous les quinze jours (si le temps le permet). Il va faire de plus en plus doux donc les graines auront plus de facilité à se développer.2_semis_2016

Toujours à cette période, je plante mes graines de fèves et de petits pois. La veille, je les fais tremper dans de l’eau pour favoriser la germination. Il est préférable d’utiliser de l’eau de pluie ou de l’eau du robinet que vous avez préalablement laissé à l’air libre pour que le maximum de chlore s’évapore. Avant de passer au semis, j’avais mis en place des tuteurs, fabriqué à partit de piquets à tomates et du grillage pour dalles à béton. Vous pouvez aussi faire ces tuteurs à partir de branches de noisetiers par exemple. Cette année, j’ai opté pour un semis en ligne, on verra plus tard si c’était une bonne idée. Les premières fèves pointent déjà leur bout du nez.

A partir du 20 mars, j’ai également semé des carottes et des oignons blancs sous des cloches en plastique que j’avais acheté il y a 4 ans. Si vous avez la possibilité de récupérer des cloches en verre, ne vous en privez pas, c’est beaucoup mieux. Le soleil et des journées presque printanières m’ont incité à semer (encore) des épinards et du cresson et aussi des panais mais cette fois-ci en plein air. La germination des panais étant très capricieuse et les graines perdant rapidement leur capacité de germination, je regroupe 2-3 graines. Cette technique améliorerait la germination qui peut être très longue jusqu’à 3 semaines. Ensuite, il suffit de ne garder que le plant le plus robuste. Pour l’instant, ni les carottes, ni les oignons ou les panais n’ont commencé à pousser.2016_semis_cloches

Pour continuer dans les semis, j’ai semé en intérieur dans des contenants de récupération (boîte à œufs, boîte à champignons) des courges, des choux et des poireaux. J’ai choisi de les mettre sur les bords de fenêtres de ma salle de bains. C’est l’endroit le plus lumineux et la température est d’environ 16°C. Dans plusieurs semaines, ces plantes seront transplantées dans des godets puis repiquées à l’extérieur. Pour l’instant les résultats son mitigés. Certaines graines ont germées, d’autres non.int_semis_2016

Pour les semis sous abri ou en extérieur, il est très important de penser à les arroser. La pluie ne s’y substituera pas. Si les légumes poussent, l’herbe aussi donc j’ai déjà un peu désherbé pour éviter que les plans ne soient étouffés. D’ailleurs, le liseron a lui aussi l’air de bien aimer ces conditions de culture. Même si le sol est humide, après chaque semis, j’arrose un peu pour que les graines soient bien en contact avec la terre. Il faut aussi penser à arroser de temps en temps les semis sous tunnel (1 fois par semaine environ), surtout les épinards. Ils ne demandent pas beaucoup d’eau mais assez régulièrement pour retarder la montée en graine. Enfin, il faut ouvrir les tunnels quand le soleil brille pour aérer.

Pour l’instant, je suis très contente de tous mes semis (sauf les choux en intérieur comme toujours). Ils se développent à leur rythme et j’ai hâte de les déguster. Si au fil des années, mes techniques de semis s’améliorent, il reste de grands ratés. Les choux, les poireaux et les oignons ne sont pas ma spécialité. Quelquefois je ne récolte aucun de ces légumes ou alors ils sont très petits. Mais je persévère.

Avez-vous commencé à semer vos légumes?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le sur Diaspora*!

2 réflexions au sujet de « Premiers semis au jardin »

  1. Marion

    Les semis ce n’est pas toujours évident. J’ai essayé des graines d’oignons et de betteraves en pleine terre mais rien ne lève, peut-être est-ce trop tôt… Pareil les capucines sous serre en extérieur ne veulent pas lever… Et mes basilics en intérieur qui ont levé se font manger les racines, c’est parfois désespérant mais je me dis que chaque année j’acquiers un peu plus d’expérience et que ça finira par marcher ! Par contre les semis de laitue à couper ça fonctionne très bien.

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Certains semis ne fonctionnent pas chez moi surtout ceux que je fais en intérieur. Je pense que même les meilleurs jardiniers ont des ratés quelques fois donc je persévère afin de trouver la formule magique.

      Répondre

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.