Archives de l’auteur : Catherine [la marmotte chuchote]

J’ai (presque) arrêté de fréquenter les supermarchés traditionnels

Je profite du défi Février sans supermarché lancé il y a 3 ans par le blog En vert et contre tout pour (enfin) publier mon article sur les supermarchés, dans lequel je vous explique pourquoi je ne fréquente plus les grandes surfaces.

Cela doit faire au moins 4 ans que je ne fais plus mes courses dans les supermarchés type Auchan, Carrefour, système U, Leclerc, Leader Price, Lidl… J’ai déjà raconté que je ne faisais plus mes courses au drive mais je n’avais jamais parlé de la deuxième partie : ne plus aller au supermarché pour les courses alimentaires.

Prise de conscience : les produits vendus en supermarché ne me conviennent pas

Après l’annonce d’une maladie, nous avons été obligé de changer notre alimentation. En parcourant les linéaires des supermarchés, nous nous sommes rapidement rendu·e·s compte que les produits proposés n’allaient pas nous convenir. Trop sucrés, trop salés, trop raffinés, trop transformés… Alors nous avons filé dans les enseignes bios rempli·e·s de nos préjugés : chers et pour bobos. Mais finalement nous sommes resté·e·s fidèles car nous avons trouvé plus de diversité et des produits de meilleure qualité nutritionnelle. Certes le coût est plus élevé.

Les supermarchés : la consommation déshumanisée

Je n’ai jamais aimé faire mes courses dans les supermarchés. Trop de monde, trop de produits, trop de lumière qui ne permettent pas d’acheter en conscience. Enfin, j’ai toujours eu le sentiment que les employé·e·s n’étaient pas très heureux·ses. Impossible de connaître chaque client quand des centaines de personnes sont dans le magasin.

Enfin, les supermarchés étant souvent en périphérie de ville (sauf les marques comme Monoprix par exemple), il faut souvent s’y rendre en voiture. Quand tu te déplaces, majoritairement à pied ou en vélo, le parking de la grande surface n’est pas ton ami. Pour toutes ces raisons, nous allons très rarement dans les supermarchés.

Mes courses aujourd’hui

Aujourd’hui, je m’approvisionne à trois endroits différents : au marché, dans un magasin sans emballage et dans un magasin bio. J’ai la chance que ces magasins soient situés à moins de 15 minutes en vélo. Outre la qualité des produits vendus, la qualité dans la relation humaine n’est pas la même que dans les supermarchés. Je ne fais pas seulement des courses dans ces lieux de vente, j’y glane aussi des conseils notamment auprès de ma maraîchère et à l’épicerie vrac. Alors oui certaines fois, les courses prennent plus de temps que prévu mais ce n’est pas du temps perdu. Ces magasins proposent aussi des nombreux produits locaux qui participent à faire vivre mon territoire et à y garder la richesse produite.

Il y a aussi quelques inconvénients. nous faisons nos courses trois fois par semaine car nous ne pouvons pas porter toutes nos courses de la semaine à bout de bras ou sur nos vélos en une seule fois. Nous consacrons sûrement un peu plus de temps à faire mes courses maintenant qu’avant mais c’est plus un moment de convivialité qu’une corvée. Cela demande aussi un peu plus d’organisation car nous consommons à 95% des produits bruts donc il faut les cuisiner mais au moins nous n’avons des plats sains et à notre goût.

Pourquoi presque?

Je remets les pieds de temps en temps dans les supermarchés pour l’achat d’un produit spécifique. Et nous continuons à fréquenter les hypermarchés de bricolage car nous n’avons pas trouvé (pour l’instant) d’alternatives satisfaisantes.

Bien avant le défi Février sans supermarché, j’ai commencé à me détourner des circuits de consommations classiques pour me tourner ver des lieux plus petits et conviviaux. Aujourd’hui, nous sommes tous les deux satisfaits de ce mode de fonctionnement et nous reviendrons pour rien au monde au système antérieur.

Et vous, avez-vous envie de tenter le défi Février sans supermarché? Fréquentez-vous déjà les commerces de votre quartier?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!