Confitures maison …

Depuis que j’ai découvert, grâce au documentaire Le jus d’orange, une réalité acide que les oranges de mon jus de fruits du petit déjeuner provenaient de très loin, je fais attention à l’origine de mes fruits et légumes. Je cherche à réduire mon empreinte écologique alors je privilégie les produits locaux. J’ai arrêté le jus d’orange au petit-déjeuner et je préfère boire du jus de pomme bio et local quand il fait parti de mon panier bio ou à défaut du jus de pommes bio du supermarché, mais toujours avec modération.

Si je peux me passer de jus de fruits au petit-déjeuner, il m’est impossible de renoncer aux confitures. Sur un pot de confiture du supermarché, il est rare que la provenance des fruits soit indiquée. Face à ce manque d’information, j’ai décidé de me lancer dans les confitures. Petite, je me rappelle mes parents fabriquant de la confiture de groseilles l’été. Nous passions une à deux journées à ramasser les fruits, les nettoyer avant de les faire cuire dans une grande casserole en cuivre pour obtenir au minimum une cinquantaine de pots. Les confitures étaient faites pour l’année. Maintenant que je vis en ville, je n’ai ni la place pour stocker autant de pots ni l’envie de faire cuire 20 litres de jus en une fois. J’ai donc décidé de me tourner vers la production de petites quantités (moins d’un dizaine de pots) mais avec une grande variété de fruits et ce tout au long de l’année. Après avoir feuilleté des magazines de cuisine, je me suis aperçue que l’on pouvait faire des confitures avec des fruits très différents. En résumé, chaque saison a sa confiture. Maintenant, je n’en suis plus réduite à manger de la confiture de fraises, d’abricots ou de groseilles de supermarché.confiture_2

Mes premières confitures

J’ai fait ma première confiture, il y a un an. Il faut un début à tout. Mais ce fut un grand raté! Une recette de gelée pommes-coings me faisait de l’œil dans un magazine. Comme toujours, les photos sont magnifiques et je décidais de me lancer. Le magasin de producteurs où j’achetais mes fruits vendait des coings et j’étais vraiment intrigué par ce fruit. Très motivée, je me suis lancée dans ma fameuse gelée pommes-coings … et elle n’a jamais gélifié. Après avoir pris quelques conseils, j’ai finalement obtenu un résultat correct. Et depuis un an, j’ai fait une dizaine de confitures différentes. A chaque fois, j’essaie de privilégier les fruits locaux et/ou bio. Je les achète soit dans un magasin de producteurs, soit au marché, soit je vais les cueillir à la ferme. Je vous propose un petit florilège de mes confitures maison saison 2014/2015 (j’indique aussi entre parenthèses la provenance des fruits) :

  • Gelée Pomme (local) – Coing (local)
  • Confiture Poire (local) – Vanille
  • Confiture Pomme (local) – Gingembre (bio)
  • Confiture Kiwis
  • Confiture Orange (bio) – Citron Bergamote (bio)
  • Confiture Rhubarbe (local et/ou bio)
  • Confiture Cassis (local)
  • Confiture Groseille blanche (local)
  • Confiture Cerise (local)
  • Confiture Mirabelle (local)
  • Confiture Tomate verte (bio et local)confiture_1

Bilan d’un an de confiture maison

Certes, sur certaines confitures, j’ai des problèmes de prises. Certaines sont un trop gélifiées, d’autres un peu trop liquides. Il me faudra encore un peu de pratique pour avoir des confitures qui ont la consistance souhaitée. Mais je suis contente du résultat. Je travaille, en général, entre 1 et 2 kg de fruits pour avoir 5 à 10 pots de confiture. Ce sont des petites quantités mais j’aime bien aussi l’idée de saisonnalité des confitures. Bien sûr, j’ai mes préférées: orange/citron bergamote ou poire/vanille. Quand j’opte pour une confiture avec des fruits non locaux, j’opte maintenant pour des fruits bio (orange, citron, gingembre). Le transport de ces fruits a un coût environnemental mais je ne veux pas en plus rajouter au bilan la pollution due aux pesticides.

Néanmoins il reste quelques points à améliorer. Après mon échec cuisant de ma première confiture, j’ai systématiquement recours au produit miracle pour toutes les apprenti-e-s confiturier-ère, le Vitpris®. Le conditionnement de ce produit n’est pas en accord avec mon principe de limiter les déchets en cuisine. Je cherche des alternatives pour m’en passer.

J’aimerais également trouver des fruits bios ET locaux pour mes confitures mais aussi pour ma consommation de tous les jours, comme j’arrive à le faire pour les légumes. Le prix des fruits en magasin bio m’arrête toujours. L’année dernière, les oranges étaient moins cher en bio qu’en agriculture traditionnelle mais cela reste une exception. Si j’achète mes fruits bio en supermarché, c’est l’emballage qui m’arrête. Il reste encore des efforts à faire pour trouver à la fois un fruit bio, local et sans emballage.confiture

Conclusions

Faire mes confitures m’a permis de réutiliser mes pots de confitures (réutiliser c’est mieux que recycler) même si je manque quelquefois de contenants. Je peux faire des associations de fruits (pomme/gingembre, poire/vanille, orange/bergamote) que je trouve pas ou peu en supermarché. Je connais la provenance de mes fruits même si certains sont cultivés en agriculture conventionnelle. Dans mon jardin, j’ai déjà des fraisiers, des framboisiers, des groseilles et des cassissiers mais leur production est trop faible et ne me permet pas d’en transformer une partie en confiture. A l’avenir, je pense planter un pied de rhubarbe. Ceci serait une alternative pour avoir des fruits sans pesticides. J’ai beaucoup d’idées en germination dans ma tête pour palier au manque de fruits bio, locaux et à prix raisonnable mais la taille de mon jardin est insuffisante pour accueillir toutes mes envies. Comme il existe des jardins partagés urbains, je rêve des vergers collectifs urbains. Mais en attendant, je peux me tourner vers la cueillette sauvage (mûres, sureau …).

Et vous, faites-vous des confitures?

Découvrez plus de recettes ici.

Vous avez aimé cet article. Partagez-le sur Diaspora*!

9 réflexions au sujet de « Confitures maison … »

  1. Céline

    Bonjour, merci pour cette article, et cette belle démarche avec laquelle j’adhère tout à fait : ) Chez nous aussi point de confiture du commerce. Sachant qu’au départ,c’est aussi vraiment pour le goût que je privilégie les confitures maison, j’en ai toujours mangé depuis petite, c’est une habitude familiale. Bien sûr maintenant je ne changerais pour rien au monde car elles sont plus saines, faites avec de bons fruits choisis, et moins de sucre. Idéalement il faut des fruits non traités ou bio au moins, et cela permet aussi de les conserver. J’en ai d’ailleurs plusieurs recettes sur le blog.
    Bonnes confitures alors !

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Je suis tout à fait d’accord avec toi. Les confitures maison n’ont rien à voir avec celles du commerce et cela permet une certaine créativité. J’aimerais disposer des fruits non traités (comme pour ma confiture de tomates vertes du jardin) mais pour l’instant l’offre est un peu pauvre.

      Répondre
  2. GreenerDaddy (Ju)

    Bonjour. La cueuillette de mûres dans les chemins avoisinant a été l’occasion de se lancer … mais un bel échec ! Nous avons aussi planté arbres et arbustes fruitiers en prévision. Nous ne désespérons pas d’y arriver, j’ai aussi en têtes les gelées de groseilles et pommes/coings de ma grand mère. Notre voisine nous donne souvent des pommes et des coings cette année, nous pourrons nous exercer. Par contre, n’y connaissant rien en cuisine, je me renseigne sur des recettes glanées sur le net mais vu l’echec de ma confiture de mures, j’ai un doute ! As tu des bonnes recettes que tu pourrais divulguer 🙂 ?

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      J’ai aussi quelques déboires. C’est pourquoi j’ai opté pour le Vitpris® qui me facilite la vie mais niveau déchet c’est pas génial 🙁 Par contre il y a un petit livret de recettes à chaque fois donc je suis les instructions et voilà d’où viennent mes recettes. Je suis loin d’être une grande spécialiste de la confiture.
      Je peux te donner celle de ma confiture de tomates vertes (faite sans Vitpris® 😉 ) et très improvisée.
      1 kg de tomates préparées – 700 à 750g de sucre – l’équivalent d’un jus de citron
      Mettre dans la casserole les tomates coupées en dés et le jus de citron.
      Faire cuire jusqu’à ce que les tomates deviennent molles en remuant de temps en temps. Si besoin rajouter un peu d’eau pour que çà n’attache pas.
      Ajouter le sucre et remuer pour le dissoudre.
      Porter à ébullition (environ 30 à 40 minutes). Ecumer si besoin.
      Pour savoir si ma confiture va prendre, j’utilise le test de l’assiette.
      Je place l’assiette au congélateur. Pour savoir si ma confiture est prête, je mets un peu de confiture dans l’assiette froide. Je l’incline et si elle prend, la confiture est prête. Sinon, remettre l’assiette au congélateur et poursuivre la cuisson.
      Ce n’est plus la saison des tomates, malheureusement mais j’espère que çà t’aura aidé.

      Répondre
  3. Emilie

    Cette année également j’ai fait, pour la première fois de ma vie, des confitures 🙂
    J’ai été très satisfaite du résultat! On a eu droit à cerises-groseilles et abricots-rhubarbe. Ça prend un peu de temps, mais c’est plus économique, on récupère des bocaux et c’est ultra-gratifiant !
    Pour celle à la cerise, j’avais fait le test de l’assiette – qui semblait concluant- mais elle est restée assez liquide finalement. Je les gélifie avec de l’agar, 1g pour 2L de confitures je pense.
    Bon, il va falloir que j’en refasse car on les a consommées assez vite ^^

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Ici aussi les confitures partent très vite mais çà me plaît beaucoup de faire des confitures avec des fruits de saison. Je retiens ton astuce de l’agar-agar mais je pense que les confitures maison doivent « naturellement » être plus liquides que les confitures industrielles.

      Répondre
  4. Ping : Sacs en vrac ... | La marmotte chuchote

  5. Ping : Recette : Confiture de kiwis | La marmotte chuchote

  6. Ping : Recette de gelée pommes - coings | La marmotte chuchote

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.