J’ai réduit mes déchets! Je composte!

Le mois dernier je vous proposais de réduire vos déchets en posant sur votre boîte aux lettres un autocollant Stop Pub. Aujourd’hui, je vous parle du compostage pour faire maigrir vos poubelles.

Nos poubelles sont constituées d’1/3 de déchets organiques que nous pouvons composter. Composter c’est :

  • Recycler vos déchets et diminuer la quantité d’ordures ménagères traitée par la collectivité
  • Fabriquer votre propre engrais
  • Économiser votre argent (les engrais chimiques deviennent inutiles).

Le compostage est accessible à tous que vous possédiez un jardin ou non, que vous habitiez un appartement ou une maison. Vous avez le choix entre le bac à compost, le lombricomposteur ou le compostage collectif.

Je possède un jardin : j’ai donc opté pour un bac à compost. Vous pouvez acheter votre composteur (en plastique ou en bois) et certaines municipalités subventionnent cet achat ou vous pouvez le fabriquer. J’ai opté pour la deuxième solution et vous trouverez quelques méthodes de fabrication dans ce lien.

composteur_500x335La période idéale pour commencer à composter est le printemps et si vous voulez le construire, il faut s’y mettre maintenant! J’ai choisi de construire mon composteur, avec l’aide de Mr Marmotte, car je voulais un modèle en bois qui s’ouvre totalement sur le devant. C’est très pratique quand il faut le vider complètement.

Comment le fabriquer?

J’ai opté pour des planches de bois autoclavées pour que mon composteur dure dans le temps. Pour dimensionner votre composteur, on compte 1L par m² de jardin. Le mien fait en peu moins de 600L pour un jardin d’environ 400 m². En tous les cas, le composteur ne doit pas dépasser 1m³. Autrement, optez pour 2 bacs de 500L dans ce cas. Comme vous devez remuer votre compost de temps en temps, votre bac ne doit pas dépasser 80 à 90 cm de haut. Des nombreuses fiches méthodes sont disponibles sur internet et je m’en suis inspirée pour fabriquer le mien pour qu’il corresponde à mes besoins.

Que met-on au compost?

On ne met pas tout et n’importe quoi au compost! Les déchets autorisés sont :

  • Les épluchures de fruits et de légumes
  • Le pain, les restes de pâtes, la farine…
  • Les restes de repas à majorité végétale (les céréales, les légumineuses, les légumes, les trognons de pommes…)
  • Les coquilles d’œufs (pensez à les broyer un peu. Ils ne sont pas décomposés dans le compost mais apportent du calcium)
  • Le marc de café et les filtres (préférez les filtres bruns, ils se décomposent plus rapidement), le thé, les infusions (attention aux morceaux de métal et vérifier que le sachet soit dégradable)
  • Le carton brun (rouleau d’essuie-tout ou de papier toilette)
  • Les feuilles mortes, les fleurs fanées, les fanes du potager
  • Les mauvaises herbes si elles ne sont pas montées à graines
  • Les déchets de taille (pensez à les réduire en taille)

Les déchets interdits :

  • La viande, le poisson, les os, les restes de repas à tendance carnée (par exemple: la sauce bolognaise)
  • Le fromage, l’huile, le gras en général
  • Les branches de résineux, les herbes montées à graines, les mauvaises herbes type liseron, chiendent…
  • Les matières non décomposables (plastique, synthétique, verre…) ou traités comme le bois
  • Les excréments et les litières d’animaux, les couche culottes

Je ne mets pas non plus les tontes de gazon car elles ont tendance à pourrir en se décomposant et les cendres de bois (je ne fais pas fonctionner ma cheminée).

Optimisez votre compost

Après avoir installé mon composteur (de préférence à l’ombre), j’ai mis au fond des branchages et puis j’ai commencé à le remplir.

  1. Équilibrer les déchets verts (épluchures, fanes,…) et les déchets bruns (cartons, branchages,…). Pensez à réduire en taille les plus gros morceaux pour accélérer le processus.
  2. Aérer! Ce sont les micro-organismes (vers de terre,…) qui travaillent pour vous et ils ont besoin d’oxygène. Mélanger votre compost tous les 15 jours voire tous les mois suivant les saisons.
  3. Ni trop humide, ni trop sec! Pensez à arroser votre compost en été et à l’aérer en hiver. Si besoin, ajoutez des branchages.

Les problèmes

Un compost bien gérer doit sentir le sous-bois mais quand on débute, il peut arriver quelques problèmes.

Vous pouvez considérer votre compost comme un « être vivant » alors surveillez-le. Ne l’abandonnez pas dans un coin pour vous demander 6 mois plus tard : Pourquoi je n’ai pas un joli terreau?

  1. Votre compost sent mauvais : excès d’eau. Mélanger-le, apportez des déchets bruns, des feuilles des rameaux.
  2. Votre compost est trop sec. Arrosez avec de l’eau de pluie de préférence.
  3. Vous êtes envahi par les moucherons, pas de panique! Recouvrez les déchets avec des feuilles ou des branchages ou brassez votre compost.
  4. Vous envisagez d’acheter un activateur de compost? Soyez patient ou optez pour l’ortie ou la consoude. Personnellement, je n’en n’utilise jamais.

Quand et comment l’utiliser?

La première année, votre compost sera mûr au bout de 6 à 9 mois. Vous pourrez alors l’utiliser comme engrais ou comme terreau (après tamisage) en mélange avec de la terre de jardin pour vos plantes en pot. Avant maturation, le compost sera utilisé en paillage. Pour vérifier que votre compost est mûr, semez des graines de cresson alénois. Si les graines germent en 2 à 3 jours, alors votre compost est prêt.

Je vide complètement mon compost 2 fois par an (d’où l’utilité de l’ouverture totale sur le devant de mon composteur), au printemps et en automne. Je le tamise et ce qui est mal décomposé je le remets dans le composteur. Chaque année ma quantité de compost augmente, si bien que cette année j’ai été obligé de le stocker (en tas à coté du bac à compost). Donc en 2015, je prévois de construire un second bac pour stocker mon compost mûr.

La mise en place d’un composteur est un investissement en temps et quelques fois en argent. Mais au bout d’un année vous serez rodé. Comme vous sortez vos poubelles tous les 2 jours, toutes les semaines, vous faites un tour à votre composteur. Le compostage a pour pour moi que des avantages :

  • Mes poubelles ont diminué d’1/3 en volume
  • Je fais des économies en temps et en argent : j’utilise moins de sacs poubelle, j’évite d’aller à la déchetterie pour mes déchets verts, plus besoin d’engrais chimiques
  • Je diminue mon empreinte écologique

Et un jour, peut-être, je paierai au poids mes ordures ménagères!

Êtes-vous adepte du compostage?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

8 réflexions au sujet de « J’ai réduit mes déchets! Je composte! »

  1. Salycile

    Ah le compost !
    Je l’ai dans la tête depuis quelques semaines et je cherche une solution adaptée à mon studio, car il faut que je trouve un truc d’une certaine taille, que je puisse le mettre quelque part sans que cela me dérange dans le studio. Et surtout, quoi faire du compost !
    Mais ça viendra, à force de chercher. 🙂

    Répondre
    1. Le lombricompostage

      Sans hésitation je réponds le lombricompostage !

      C’est la solution qui me semble la plus appropriée à la vie en studio. Ca ne prend pas de place, ça demande au final assez peu d’entretien et ça permet de réduire considérablement ses déchets.

      Je vous invite à consulter les différentes communautés qu’il existe sur les réseaux sociaux. Il y a beaucoup à apprendre et ça permet de faire tomber les idées reçues sur le lombricompostage.

      Répondre
      1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

        En appartement, le lombricompostage est la solution idéale même si je ne l’ai jamais testé quand j’y vivais.
        Bravo pour votre site qui est une mine d’informations. Je vais encore y apprendre pleins de choses.

        Répondre
    2. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Effectivement il n’est pas évident de franchir le pas du compostage en appartement.
      Je suggère aussi le lombricompostage. J’ai également trouvé quelques pistes qui pourraient t’inspirer.
      La boite à terre propose un lombricomposteur en bois : http://www.laboiteaterre.fr/ Certes c’est un investissement mais je pense qu’il peut durer des années.
      Autrement si tu aimes bricoler, j’ai deux solutions :
      un lombricomposteur fait à partir de polystyrène http://ecolo-bio-nature.blogspot.fr/2011/03/pourquoi-pas-un-lombricomposteur-maison.html
      Un autre fait à partir de boîtes en plastique : http://www.le-lombricompostage.fr/un-e-book-gratuit-pour-fabriquer-un-lombricomposteur.html

      Pour le compost, si tu as de la famille ou des connaissances qui ont un jardin, ce serait l’idéal.
      Autrement il existe les incroyables comestibles qui pourraient peut être récupérer ton compost : https://www.facebook.com/IncroyablesComestiblesPoitiers. Mais je n’ai jamais rencontré l’association donc je ne sais pas s’ils seraient d’accord.
      Sur le campus il y a un projet de jardin partagé pour les étudiants à travers l’épicerie solidaire Episs’campus http://www.univ-poitiers.fr/campus/episs-campus/episs-campus-l-epicerie-sociale-et-solidaire-de-l-universite-de-poitiers-722051.kjsp?RH=1328179805685.

      Enfin il existe l’association Compost-âge http://www.compost-age.fr/ où tu peux te renseigner.

      J’espère que tu pourras trouver la solution qui te convient et j’espère avoir pu un peu t’aider.

      Répondre
  2. Ping : Sacs en vrac ... | La marmotte chuchote

  3. Ping : Soigner son jardin de manière naturelle | La marmotte chuchote

  4. Ping : Faire son silo à compost modulable | La marmotte chuchote

  5. Ping : 10 bonnes résolutions pour 2017 | La marmotte chuchote

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.