La cueillette des fruits à la ferme

J’ai décidé en décembre dernier de me mettre à faire mes propres confitures. Ma décision a été prise après avoir vu le documentaire Le jus d’orange, une réalité acide. Comme pour le jus d’orange, je ne connaissais pas la provenance des fruits des confitures que j’achetais. En faisant mes confitures maison, ce problème est résolu. Le deuxième avantage est d’arrêter de sans cesse acheter des pots de confitures et d’emmener ensuite les pots à la benne à verre. Cette démarche est en accord avec ma diminution des déchets à la cuisine en réutilisant les pots. Je préfère réutiliser que recycler. Le dernier avantage : les confitures maison sont bien meilleures que les confitures industrielles.

J’ai donc réalisé ma première confiture il y a 6 mois, une gelée de pommes-coing. Le prix des pommes et des coings n’étant pas très élevé, il est relativement facile de se lancer. Cependant, l’été est arrivé et j’avais envie de faire des confitures de cerises, cassis, groseilles … Mais à 4€ la barquette de 125 g de framboises, la confiture maison est inenvisageable. C’est pourquoi j’ai cherché des alternatives pour trouver des fruits à un prix abordable. Je me suis donc tournée vers la cueillette à la ferme.frolle_1

La cueillette à la ferme

Il existe, autour de chez moi, plusieurs possibilités de cueillette de fruits et légumes. J’ai opté pour la pépinière dans laquelle je me fournis pour mes arbres de haies. De bon matin, nous sommes donc partis, Mr Marmotte et moi, remplir nos paniers de fruits. J’avais récupéré des petites cagettes en bois, dans lesquelles était emballée la mâche de mon panier bio. Elles se sont révélées bien pratiques.

Arrivés sur place, nous avons été très bien accueillis et guidés car cette cueillette était une première pour moi. J’avais déjà récolté des groseilles et des cassis chez mes parents mais jamais dans ce contexte-ci. Grâce au site internet, nous connaissions déjà la disponibilité des fruits. Nous voulions ramener des cerises, en priorité, des cassis et des groseilles. Après que le gérant ait taré nos contenants, nous sommes partis dans les champs en nous laissant guider par les panneaux. Pendant deux heures, nous avons cueilli des cassis (presque 2 kg), des groseilles blanches (900 g), des myrtilles (650 g), des framboises (500 g) et enfin plus de 5 kg de cerises. Partis pour ramasser des cerises, nous sommes revenus avec presque 10 kg de fruits. Je l’avoue : nous nous sommes laissés tenter par les framboises et les myrtilles.

La matinée est très vite passée. Nous avons eu aussi de la chance car le temps était couvert et frais. (C’était juste avant la vague de chaleur.) Pour l’anecdote, nous avons passé presque toute la matinée accompagné d’un chat. Il devait nous surveiller et vérifier que l’on récoltaient les fruits correctement.chat

Avantages et Inconvénients

Personnellement, je suis très contente de cette première cueillette et je pense que nous allons recommencer. La pépinière est perdue en pleine campagne et j’ai vraiment appréciée de passer deux heures dans la nature sans entendre le bruit de la circulation. Finalement, tous les fruits nous ont fait de l’œil. Nous les entendions presque crier « Ramasse-moi, ramasse-moi ». Les cagettes en bois sont bien pratiques pour les petits fruits. J’espère donc que je pourrais encore en récupérer cet hiver. Pour les cerises, nous avions une grande cagette en plastique. Il faudrait qu’on trouve des paniers.paniers_frolle

Le site internet de la pépinière permet de connaître les fruits disponibles. Cependant arrivés sur place, les groseilles n’étaient pas complètement mûres donc nous en avons ramassés moins que prévues. En revanche, les cassis étaient à maturité. Mr Marmotte a donc ramassé, à lui tout seul, les deux kilos. Finalement, dans cette pépinière, il y a une grande diversité de fruits donc nous avons trouvé notre bonheur. Pour la cueillette en plein champ, tout n’est pas disponible au moment qui nous convient contrairement à l’étal du supermarché. Il faut l’accepter et redécouvrir les saisons. Les fruits et les légumes dépendent des aléas climatiques.cueillette_cassis

Enfin, le prix est imbattable. Les framboises étaient à 7€ le kilo, les cassis, groseilles, myrtilles à 3,75€ le kilo et les cerises à 4,50€ le kilo. Cela nous a permis de faire le plein de fruits pour un prix modique. Nous avons ramassés pour un peu plus de 42€.

Nous avons donc passé le week-end à nettoyer les fruits, faire des confitures et congeler ce dont nous ne pouvions pas nous occuper dans l’immédiat. Les fruits n’attendent pas. Il faut donc s’en occuper presque immédiatement. Cueillir ses fruits soi-même est donc un peu prenant et fatiguant mais nous ne faisons pas çà tous les week-ends.

Conclusions

Je suis très satisfaite de cette première expérience de cueillette à la ferme. Ramasser ses fruits soi-même n’est pas désagréable même si la cueillette des cassis n’est pas mon activité favorite. La pépinière est à 30 minutes de route donc je pense que je ne ramasserais des cassis qu’environ une fois par an. C’est tout à fait acceptable. Avec tous ces fruits, nous avons fait de la confiture de groseilles blanches, de cassis et de cerises. Nous avons congelé les framboises et les myrtilles. Nous avons gardé un peu de fruits pour manger comme çà et Mr Marmotte a eu sa tarte au cassis.

Je crois sincèrement que nous allons retourner à la pépinière pour cueillir d’autres fruits. Je ne résisterai pas aux mirabelles et aux figues. Pour conclure, grâce à la cueillette, je peux m’approvisionner en fruits locaux à un prix raisonnable. Et je ne me pose plus la question de la provenance de mes confitures.

Faites-vous vos confitures? Connaissez-vous  la cueillette à la ferme?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

9 réflexions au sujet de « La cueillette des fruits à la ferme »

  1. Emilie

    Oh quelle chance et quelle belle idée tu as eu !
    Je me suis aussi lancée dans les confitures maison la semaine dernière, cerise-groseilles =) J’ai utilisé les fruits vendus par les maraîchers chez qui je m’approvisionnes (à 4 euros le kg de cerises, en bio, ça ne se refuse pas!).
    Résultat: 4L de confiture, 8 pots bien remplis. J’en suis très fière, c’était un sacré plaisir de les confectionner =)
    Bonne dégustation 😉

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      4€ le kilo des cerises bio. Waouh!! J’ai du mal à trouver des fruits bio et locaux ici mais je ne désespère pas. Peut-être que je n’ai pas assez cherché. Les confitures c’est aussi très récent pour moi mais c’est un réel plaisir de les faire et surtout de les déguster 😉
      Bonne dégustation à toi aussi.

      Répondre
  2. Salycile

    Super idée ça 🙂
    Ma mère fait ses confitures elle-même, et je l’aide. Je me souviens que nous allions à vélo, avec nos tuperware dans les sacs à dos, ramasser les mûres ! Et ensuite que c’était bon à manger en confiture ou gelée !
    L’année dernière nous nous sommes décidées à aller cueillir des myrtilles, et j’ai beaucoup aimé cette activité.
    C’est une des raisons pour lesquelles j’ai hâte d’avoir un chez moi : faire mes bocaux et mes confitures moi-même.

    Une idée pour le cassis, en faire du sirop. C’est vraiment très très bon 🙂

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      J’espère que tu pourras faire tes confitures toi-même très rapidement. Je retiens l’idée du sirop de cassis, peut-être pour l’année prochaine.

      Répondre
  3. GreenerDaddy

    Ca donne envie !
    Nous n’avons pas encore trouvé de site de cueillette à coté de chez nous mais on cherche. Pour le moment, c’est le marché pour la consommation quotidienne mais j’avoue que la confection de confiture me tente bien ! Des mures sauvages seront bientot dispo dans le coin, on va se régaler à les ramasser avec les enfants, ce sera mes premières confitures ! Faut que je trouve les recettes maintenant ^^

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      J’espère que vous trouvez un site pour la cueillette très bientôt. Le ramassage des mûres avec les enfants m’a l’air d’une super chouette idée.

      Répondre
  4. Céline

    Aah c’est tellement chouette de ramasser et manger ou transformer les fruits dans les champs ou vergers… c’est le contact avec la nature. Pour moi, ce sont des moments presque « méditatifs » car je suis pleinement concentrée sur mes gestes et connectée à mes sens (et on s’entend que le goût d’un fruit fraîchement cueilli et celui acheté en épicerie n’a rien à voir !!)
    En juin dernier, on est allé faire de l’auto-cueillette pour les fraises et d’ici la fin du mois, on prévoit d’aller cueillir les bleuets et framboises, camerises, griottes… 😉

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Lors de la cueillette, nous étions vraiment en pleine nature et nous avons passé une super matinée. Bonne cueillette de bleuets … 🙂

      Répondre
  5. Ping : Les pérégrinations d'une apprentie végétalienne locavore | La marmotte chuchote

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.