Qui pollue le plus? Le cycliste ou l’automobiliste?

Vous avez bien lu. Aujourd’hui je voudrais savoir si un cycliste pollue plus qu’un automobiliste. C’est une question très sérieuse et je suis sûre que vous ne vous êtes jamais posé la question tellement la réponse est triviale : un cycliste se déplaçant à vélo pollue beaucoup moins qu’un automobiliste utilisant sa voiture, fusse-t-elle la plus efficiente du marché.

Pourtant, ceci n’est pas aussi évident pour tout le monde. En effet, un journaliste d’Auto-Moto est convaincu du contraire à grand renfort de chiffres et de la caution d’un journal scientifique. Je ne reviendrais pas sur cet article et les critiques que l’on peut émettre. D’autres s’en sont chargés pour moi ici et .

Personnellement, j’ai voulu vérifier, on ne sait jamais, je peux me tromper. J’ai fait le calcul des émissions de dioxyde de carbone (CO2) lors mes déplacements du week-end dernier. J’ai donc comparé l’utilisation de la voiture et l’utilisation du vélo.

Quelques petites remarques pour commencer

Je ne change pas ma consommation alimentaire quand je prends mon vélo ou ma voiture. Pour calculer mes émissions de CO2, je n’ai donc pas pris en compte l’alimentation mais la consommation de gasoil pour la voiture et le CO2 expiré par la respiration pour le vélo. J’ai ignoré les émissions de CO2 dû à l’extraction des matières premières, la fabrication de la voiture et du vélo. Je me suis seulement intéressée à l’usage du vélo ou de la voiture. Ce calcul n’est donc ni un bilan carbone ni une analyse du cycle de vie. C’est une simple estimation.velo

Mon week-end en voiture

Si tous mes déplacements du week-end dernier avaient été fait en voiture, j’aurai parcouru 18,5 km en 45 minutes soit une moyenne de 25 km/heure. Ce chiffre est correct puisque tous ces déplacements sont effectués en ville. Ma voiture est une citadine compacte récente et diesel. Sa consommation est de 4,8 L/100 km en cycle urbain. Ce chiffre peut paraître faible mais nous adoptons une conduite économique. L’émission de dioxyde de carbone par litre de diesel est de 2600 g. Pour les 18,5 km, j’ai consommé 0,9 L de gasoil. J’aurai donc émis 2340 g de CO2 pendant ce week-end pour nos déplacements en voiture (126 g/km). Je néglige le CO2 émis par la respiration.

Mon week-end en vélo

Le week-end dernier, j’ai parcouru 19 km en 95 minutes soit une moyenne de 12 km/h. C’est une moyenne qui correspond à une pratique normale en ville. J’ai donc basé mon calcul sur la respiration. Un litre d’air expiré contient 4 à 5% de CO2. Si je retiens le chiffre de 5%, 1 litre d’air contient 0,05 L de CO2. En utilisant le volume molaire d’un gaz (24 L/mol) et la masse molaire du CO2 (44 g/mol), il y a 0,09 g de CO2 par litre d’air expiré. Le volume d’air inhalé/expiré dépend de l’activité physique.

  • Au repos, le volume d’air expiré est de 6 L/min soit 0,55 g CO2/min,
  • Pour la marche, 16 L/min soit 1,5 g CO2 /min,
  • Pour le vélo (pratique intensive) : de 60 à 100 L/min  soit de 5,5 à 9 g CO2/min.

Le trajet effectué en vélo est composé de parties plates, de descentes et de montées. Il est assez difficile de calculer la part de chaque partie. J’ai estimé que j’avais parcouru 82 minutes en expirant 2 g/min de CO2 (parties plates et descentes) et 13 minutes en montée (6 g/min de CO2). Pour tout ce week-end, j’aurai rejeté 300 g de CO2 en pédalant (16 g/km).

velo_voitureComparaison vélo / voiture

Puisque tout ce week-end, je ne me suis pas déplacée seule mais à 2. La comparaison est basée sur deux personnes par voiture et l’utilisation de 2 vélos. Nous avons produit 600 g de CO2 pour le déplacement à vélo. Si nous avions opté pour la voiture, nous aurions émis 2340 g de CO2 issus de la combustion du gasoil et environ 60 g de CO2 pour la respiration. Nous avons donc émis 4 fois plus de CO2 en utilisant la voiture que le vélo.

L’avantage du vélo

Les déplacements en vélo sont donc moins polluants qu’en voiture. Si vous n’êtes pas convaincu, vous pouvez testé les éco-comparateurs de l’ADEME . Vous pouvez calculer vos émissions de CO2 et d’énergie selon le mode de transport choisi ou comparer deux modes de transport en terme de coût, d’effet de serre et d’énergie. Le vélo est toujours gagnant.

Cependant, le vélo a d’autres avantages comme l’exercice physique, la moindre occupation du sol (pas besoin d’immenses parkings) ou en terme de bruit (un vélo est moins bruyant qu’une voiture). Enfin, un vélo n’émet pas de particules fines. L’idéal est donc de préférer la marche pour les déplacements de moins de 1 km, le vélo entre 0 et 10 km et les transports en commun au-delà. Vous pouvez aussi diminuer vos émissions de CO2 en évitant le bœuf du Brésil et en privilégiant une alimentation bio, locale, de saison et à dominante végétale.

Utilisez-vous le vélo ou la marche pour vos déplacements de proximité?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le sur Diaspora*!

10 réflexions au sujet de « Qui pollue le plus? Le cycliste ou l’automobiliste? »

  1. GreenerDaddy

    Joker ! Nous roulons en voiture électrique ^^
    J’aime bien la démarche factuelle, rien a redire
    Nous habitons en campagne, pas d’autres choix que la voiture pour aller faire les courses. Pour aller au travail , transport en commun + scooter pour aller chercher l’arrêt de bus (5km).

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      J’ai beaucoup hésité avant de sortir l’article pour plusieurs raisons. Je crois que le journaliste et son article n’a pas besoin de publicité supplémentaire. J’ai surtout appris la quantité de CO2 que je rejette en voiture, qui est bien supérieur à la valeur donnée par le constructeur. J’habite en ville donc il est plus facile pour moi d’opter pour la marche ou le vélo. Je comprends que la voiture soit indispensable à la campagne. Sans voiture, on peut très vite être isolé.

      Répondre
      1. Nature Obsession

        Le problème vient surtout du fait que l’auteur de l’article a basé son calcul sur la consommation d’énergie nécessaire pour parcourir une distance à vélo par rapport à celle utilisée par une voiture (en partant du principe qu’un cycliste se nourrit exclusivement de viande, après tout, on est plus à une bêtise prête).

        Par un fouillis pas possible il arrive à la conclusion qu’un cycliste parcourant 100km doit consommer 1kg de viande et que la production de celle-ci est 10 fois plus polluante que les rejets d’une Ferrari.

        Il oublie seulement de dire que le chauffeur d’une voiture a lui aussi besoin de manger et que donc, lui aussi consomme de l’énergie…

        Répondre
        1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

          Beaucoup d’approximations et de non-dits par l’auteur de l’article, effectivement! Ces omissions volontaires sont le seul moyen pour conclure qu’un cycliste pollue plus qu’un automobiliste. Le plus cocasse est que le cycliste mange une côte de bœuf au petit-déjeuner et qu’en plus il va jusqu’à en importer du Brésil. La France est quand même réputée pour son élevage. 😉

          Répondre
  2. Céline

    Nous avons fait le choix, mon chum et moi, de ne pas avoir d’auto… ici au Québec, je trouve que ça « coûte une beurrée » comme on dit en bon québécois ! 😀
    Et de toute façon, on souhaite respecter autant qu’on peut le côté « écologique » dans nos déplacements.
    Mais il nous arrive parfois d’emprunter la voiture de mes beaux-parents pour aller en campagne… Sinon, on utilise « communauto » et le co-voiturage. Et puis, de mai à octobre, pour les petits déplacements en ville, c’est le vélo (mais Québec n’est vraiment pas conçue pour ça).
    Notre rêve à nous, ce serait de vivre aux Pays-Bas parce que le vélo est un vrai mode de vie là-bas 🙂

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Félicitations! Je réfléchis de plus en plus à l’usage ou la possession d’une voiture (surtout en ville). Si on peut laisser la voiture au garage le week-end, on est déjà super content. Se déplacer autrement n’est pas toujours évident comme je l’avais expliqué ici. La politique de la ville joue un rôle important mais il faut parfois être créatif.
      Je travaille mon québécois avec Lynda Lemay 😉

      Répondre
  3. Salycile

    Ahah, j’adore ton sujet. J’ai lu cette histoire d’auto moto et je me suis demandée où il allait chercher tout ça. De mon côté je n’utilise presque plus la voiture, uniquement pour rentrer chez mes parents un week-end par mois (là ça douille puisque je fais Poitiers – Corrèze), sinon je vais en stage à pieds ou en bus. Et parfois certains week-end je vais faire des courses à Plaisirs Fermiers à Auchan Sud, mais j’ai découvert qu’il y avait également un bus pour ça, du coup ce serait pour le cinéma (en dehors de celui en centre ville) que j’utiliserais le plus la voiture je pense…
    Le vélo j’aurais aimé l’utiliser pour aller en stage mais je dois avouer que le passage par le Clain m’ennuie… A l’allé comme au retour, côte ! Et elle me parait un peu trop grande… Encore pour rentrer chez moi ça irait mais le matin arriver toute en sueur ça me plait moyen… Alors bus ou marche 🙂

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Il est parfois difficile d’aller dans des zones commerciales sans voiture. Même une fois à l’intérieur, les gens prennent leurs voitures pour aller d’un magasin à l’autre.
      Poitiers à vélo sans assistance électrique c’est parfois compliqué. Arrivée toute en sueur au boulot, c’est pas le top, je comprends.:-)

      Répondre
  4. Ping : Le tour Alternatiba à Poitiers | La marmotte chuchote

  5. Ping : 10 bonnes raisons de se (re) mettre au vélo | La marmotte chuchote

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.