Le climat change. Et nous?

Cet après-midi, Mr Marmotte et moi sommes allés voir l’exposition « Le climat change. Et nous? ». Disponible jusqu’au 4 juillet 2015, il était temps de m’y intéresser. Motivée par Mr Marmotte, nous avons décidé de nous déplacer à vélo. Le temps est clément (la pluie ayant cessé) et la température plutôt douce, nous voici lancé à l’assaut des rues de Poitiers. Quiconque connaît un peu la géographie de la ville, il faut des cuisses d’acier pour affronter les montées et ne pas avoir peur quand la pente s’inverse. Après 20 minutes de trajet, nous sommes arrivés devant l’espace Mendès France. Il n’y a pas foule et nous avons profité d’une visite quasi privée de l’exposition.

Le climat change. Et nous?

L’exposition est basée sur le 5ème rapport du GIEC ( Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) paru en octobre 2014 et revient de façon très claire sur les conclusions et les propositions des scientifiques pour faire face au changement climatique. Après une brève présentation du GIEC, l’animatrice scientifique nous met face à nos responsabilités. Comment vivrons-nous en 2100? Le GIEC a élaboré plusieurs scénarios, du plus optimiste au plus pessimiste.

Pour le plus optimiste des scénarios, le réchauffement global est limité à 2°C. Les vagues de chaleur seront plus fréquentes, le niveau de la mer augmentera de 30 cm, 30% des glaces auront disparu pour ne citer que quelques conséquences. Avec 2°C de plus, la Terre est encore vivable pour les êtres humains au prix de quelques adaptations. Maintenant, passons au pire scénario : une température de 5°C  au dessus des moyennes actuelles. Les canicules, les sécheresses, les décès dus à la chaleur ou aux maladies seront monnaie courante. Le niveau de la mer aura augmenté de 80 cm. Les glaciers feront presque parti des livres d’histoire. Il n’est plus question d’adaptation mais de survie notamment pour les populations vivants sur les littoraux.fougere

Les phénomènes liés au réchauffement climatique

L’exposition ne présente pas seulement les conséquences du réchauffement climatiques mais également les causes de celui-ci. A travers des expériences très simples, nous comprenons l’effet de serre, le rôle des océans ou les mécanismes liés à l’absorption du dioxyde de carbone.

Le dioxyde carbone (CO2) est, parmi d’autres, un gaz à effet de serre (GES). Sa concentration dans l’atmosphère a augmenté d’environ 50% depuis la révolution industrielle et contribue à renforcer l’effet de serre. Cependant, l’effet de serre est aussi indispensable à la vie sur Terre. Sans lui, la température moyenne serait de -18°C. La planète serait inhabitable. Grâce à lui, la vie a pu se développer en maintenant une température moyenne de 15°C. Dans cette exposition, nous apprenons aussi que le climat n’est pas figé. La Terre a connu des périodes glaciaires et interglaciaires modifiant en conséquence le taux de CO2 dans l’atmosphère. Des mécanismes astronomiques ou le volcanisme sont les principales explications. La quantité de CO2 a varié au cours des millénaires mais un certain équilibre a toujours été respecté. L’océan, les forêts peuvent capter le dioxyde de carbone et celui-ci est aussi relargué dans l’atmosphère par l’évaporation des océans ou la décomposition des végétaux. Une expérience de « pesée de CO2  » permet de comprendre ce cycle. Si on rajoute le dioxyde de carbone produit par les activités humaines, l’équilibre est rompu et la Terre se réchauffe.

L’exposition nous parle aussi du rôle des océans, des glaciers ou des calottes glaciaires. Les océans absorbent une grande quantité de dioxyde de carbone mais l’absorption conduit à une acidification des océans. Les conséquences sont notables sur les coraux (blanchiment) ou sur les animaux à coquille (huîtres, moules …). Le réchauffement du climat est responsable de la fonte des glaciers, qui entraînent l’augmentation du niveau de la mer. Mais celui-ci augmente aussi à cause de la dilatation de l’eau. Plus la température augmente, plus l’eau se dilate, plus elle prend de la place, plus le niveau de la mer augmente. Le dernier phénomène est lié à la réflexion des rayons du soleil sur les calottes glaciaires. Si les banquises disparaissent, moins de rayons lumineux seront réfléchis, plus l’effet de serre sera important. Les phénomènes sont complexes mais leur présentation reste accessible aux plus grand nombre. Mais que peut-on faire pour lutter contre le réchauffement climatique?954_Fox_Glacier

Adaptation ou atténuation?

L’exposition présente deux alternatives : l’adaptation ou l’atténuation. L’adaptation, c’est,  par exemple, construire des digues pour lutter contre l’élévation du niveau des mers ou adapter l’agriculture car en 2099, Poitiers sera presque en climat méditerranéen. L’adaption est une solution à court terme mais elle ne lutte pas contre les conséquences du changement climatique. L’atténuation est la limitation (diminution) des gaz a effet de serre. Le but est de ne plus recourir aux énergies fossiles mais de privilégier les énergies renouvelables, par exemple.

Pour finir, l’exposition se penche sur quelques scénarios de science-fiction. Réfléchir les rayons du soleil à l’aide de miroirs géants en orbite ou à l’aide de nuages fabriqués de la main de l’homme sont à l’étude. Il est aussi envisagé de séquestrer le dioxyde de carbone dans le sol ou dans l’océan. Est-ce vraiment raisonnable? L’être humain doit-il jouer à l’apprenti-sorcier pour réparer ses erreurs? Enfin, projetons-nous en 2300 comme nous le propose l’exposition. La mer sera à Niort. Les Pays-Bas et le Danemark seront pratiquement rayés de la carte.

Et chez vous, quel temps fera-t-il en 2050, en 2100? Retrouvez une simulation de la météo sur le site de Science et Vie. Attention ce sont des projections et non des prévisions. J’ai joué le jeu pour Poitiers. Pour la semaine du 13 juin 2099, pour un scénario modéré, la simulation prévoit une température maximale de 26°C environ mais peu de pluie. Si on choisit un scénario intensif, la température maximale est de 31°C et très peu de précipitations. Il est difficile de comparer la météo au jour le jour mais il est certain que la hausse des températures entraînera des conséquence sur le stress hydrique ou la qualité de vie.0157_Cathedral_Cove

Le bilan

L’exposition « La climat change. Et nous? » présente les conclusions du dernier rapport du GIEC. A travers des vidéos, des expériences et des panneaux très didactiques, elle nous permet de saisir les enjeux du changement climatique. Du scénario le plus optimiste au plus pessimiste, les conséquences du réchauffement climatique sont détaillées. A nous de choisir vers quel scénario nous voulons nous tourner.

Le climat change. Et vous?

L’exposition « Le climat change. Et nous? » est disponible jusqu’au 4 juillet à l’Espace Mendès France de Poitiers. Il semblerait que l’exposition puisse reprendre en septembre 2015 avec quelques enrichissements. A suivre!

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

4 réflexions au sujet de « Le climat change. Et nous? »

    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Changer ses habitudes n’est pas toujours évident mais il faut le faire à son rythme. Pour moi, le plus important est de changer. Bon courage pour la suite.

      Répondre
  1. Ping : C'est quoi, la COP21? | La marmotte chuchote

  2. Ping : Manisfestations autour de la COP21 | La marmotte chuchote

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.