Faire ses yaourts

Je vous avais laissé ici dans ma démarche de réduction des déchets dans la cuisine : troquer mon pack de 16 yaourts pour 2 pots de fromage blanc. Au final, j’avais diminué mes déchets en volume et en masse. J’aurai pu m’arrêter là et être satisfaite de ce fait. Mais l’idée de faire mes yaourts me trottait dans la tête. Après avoir glané des informations sur internet, je me suis lancée. Enfin, c’est surtout la lecture d’une affichette au détour d’un rayon de supermarché qui m’a fait sauter le pas. yaourt

Les yaourts retirés 8 jours avant la date de péremption

L’affichette disait à peu près cela : « Dans votre supermarché et pour vous garantir la meilleure qualité de nos produits, nous retirons les yaourts 8 jours avant la date de péremption. » Je n’ai plus en tête la tournure utilisée mais l’esprit est là. Les packs de 16 ou 12 yaourts étaient retirés 15 jours avant la date limite de consommation (DLC), les plus petits packs seulement 8 jours avant. J’ai relu l’affiche deux fois, au cas où … Non, je n’avais pas rêvé. Après un coup d’œil rapide sur la longueur du rayon yaourts de ce supermarché, le gaspillage alimentaire me semblait énorme. Je n’ai pas regardé toutes les dates de péremption des yaourts mais pour en avoir acheté pendant longtemps, la DLC est de 3 à 4 semaines. Il est possible de finir un pack de 16 yaourts en 8 jours, à 1 yaourt par personne et par jour pour un couple. D’ailleurs les Français raffolent des yaourts avec une consommation de plus de 20 kg/an/hab mais la tendance est à la baisse (entre 2003 et 2007). Ni une ni deux, ma décision est prise : je fais mes yaourts.

Les yaourts fait maison

J’ai longtemps hésité à faire mes yaourts moi-même. Autant je n’ai pas de problème pour faire mon pain, le yaourt c’est une autre histoire. Je n’aime pas le lait, peut-être que ceci explique cela. Je n’aime pas le lait depuis ma naissance, je le digère mal mais je mange presque tous les fromages et les yaourts, le fromage blanc sauf les yaourts de ferme. Il est parfois difficile de faire comprendre aux gens que je préfère un yaourt industriel à un yaourt artisanal. Ma première hésitation était donc de savoir si le yaourt fait maison conviendrait à mon estomac.

Deuxième hésitation : les contenants. Hors de question pour moi d’acheter une yaourtière, j’ai déjà assez de robots ménagers. Je n’ai pas envie d’encombrer mes placards avec tout un tas d’électroménager. De plus, mon four est équipé d’une ribambelle de mode de cuisson dont le mode yaourt jamais utilisé depuis 4 ans. Après renseignement, j’ai découvert qu’il était possible d’acheter les contenants sans la yaourtière. Je devrais fréquenter le rayon électroménager plus souvent. J’ai donc préféré des contenants neufs à la réutilisation de pots en verre de yaourts achetés.yaourts_ing.

Équipée de mes contenants et de mon four, j’étais prête à réaliser mes premiers yaourts. La première tentative s’est soldée par un demi-échec : les yaourts étaient trop liquides. Fabriqués à partir d’un yaourt du commerce, le résultat a été décevant. Le yaourt choisi n’était peut-être pas le bon bien que Mr Marmotte et moi ayons passé 20 minutes à comparer les yaourts à l’hypermarché. Depuis nous sommes passé aux ferments lactiques en sachet. Mr Marmotte a affiné sa technique. Eh oui, c’est Mr Marmotte qui fabrique les yaourts et ils sont très bons. Mr Marmotte a donc trouvé le bon temps de cuisson soit 6 heures (au four) puis de les ranger au réfrigérateur environ 1 heure après la fin de la cuisson.

Déchets et prix

Pour faire 16 yaourts (soit 2 kg), il faut 2 litres de lait (du lait 1/2 écrémé UHT), 2 paquets de ferments lactiques et un four. J’ai fait mes petits calculs. Je génère 80 g de déchets dont 2 briques de lait en carton mis dans la bac de recyclage et les sachets de ferments lactiques, qui eux partent dans le bac gris. En comparaison du pack de yaourts, je produis 20% en masse de moins mais les déchets sont plus importants par rapport au fromage blanc (100g pour les yaourts du commerce, 60g pour le fromage blanc). Seul bémol, tous les déchets ne sont pas recyclables pour les yaourts fait maison.

La fabrication de 16 yaourts me revient à environ 1€ plus cher que leur achat en supermarché. La solution est peut-être de faire un compromis entre la fabrication de yaourts maison et l’achat de fromage blanc (moins cher, moins de déchets).yaourts

En conclusion

J’ai choisi de faire mes yaourts en réaction à la lecture de l’affiche du supermarché. J’ai conscience que je participe au gaspillage alimentaire quand je préfère acheter des produits dont la DLC est la plus lointaine. La plupart du temps je sais pertinemment que je consommerai le produit bien avant la DLC. Je ne sais pas si le lait que j’achète est lui aussi retiré bien avant la date de péremption mais j’en doute. Pour les déchets, par rapport au pack de yaourts, il y a en moins mais certains ne sont pas recyclables. Pour le prix, l’industrie est toujours gagnante mais peut-être devrais-je le comparer à des yaourts fermiers ou au moins plus artisanal?

Pour limiter le gaspillage alimentaire, vous pouvez vous rendre sur le site Zéro Gâchis. Ce site référence les magasins proposant des produits proches de la date limite de consommation et bénéficiant de promotions. Votre magasin propose peut-être ce type de réduction sans être référencé sur ce site. Restez à l’affût.

Pour conclure, l’idéal serait d’acheter du lait local, bio dans un contenant réutilisable ou diminuer, arrêter de consommer des yaourts. Il est parfois difficile de faire le bon choix, le choix le plus éthique, le plus écologique, pour la consommation d’un produit aussi anodin qu’un yaourt. L’équation s’avère difficile à résoudre.

Faites-vous vos yaourts vous-même? Êtes-vous tenté de le faire?

Pour aller plus loin : Dilemme : Yaourt industriel ou maison!? Terra Eco, 2011

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

5 réflexions au sujet de « Faire ses yaourts »

  1. GreenerDaddy

    Bonsoir
    Ici nous avons diminué la consommation de yaourt au profit d’un fromage blanc de la crémière qu’elle nous met dans notre bocal. Un régal, plus cher mais vu qu’on en mange moins, on s’y retrouve. Pas sur que l’on franchisse le pas de la fabrication faite maison. Qui sait …

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Bonne idée de se fournir chez la crémière. C’est convivial et peut-être local? La méthode que nous utilisons est très simple : les ferments se mélangent à froid avec le lait et puis direction le four. Chacun doit trouver l’organisation qui lui convient le mieux et qui corresponde à ses aspirations éthiques, écologiques …

      Répondre
  2. Ping : Sacs en vrac ... | La marmotte chuchote

  3. MJ Sabourin

    Je fais depuis quelques mois mes yaourts maison. Suite à un problème de santé je ne consomme plus que des yaourts au lait de brebis et de chèvre, ainsi qu’au soja. Je dispose d’un cuit vapeur Marion Kaplan et des contenants de yaourts en verre achetés dans le commerce avant de ma lancer. Du coup, je fais à partir d’un yaourt de chèvre et un litre de soja nature et une cuillèrée de sucre poudre, 10 beaux « yaourts » excellents et très doux. J’ai un peu galérer pour les 2 première fournées, mais avec de bon ingrédients j’ai trouvé mes repères. 4 heures d’étuvage et ensuite au réfrigérateur. 1 brique de lait de soja et un pot de yaourt plus loin, cela fait beaucoup moins de déchets et le prix de revient très abordable, moins cher que ceux du commerce, même (et surtout) avec des produits de base BIO.

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Merci pour votre recette. Faire ses yaourts se révèle économique même avec des produits bios et s’adapte au goût de chacun. A chaque nouvelle recette, je tâtonne aussi mais en persévérant, on peut cuisiner des produits sains et à petit prix. Et en limitant les déchets … 😉

      Répondre

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.