Ma petite bibliothèque – Printemps 2018

Avec les beaux jours et les jours fériés qui arrivent, j’ai des envies de lectures donc je reviens avec ma série ma petite bibliothèque. Aujourd’hui, je vous propose deux livres de Michel Hutt : le cri du colibri et sa suite les recycleurs et un livre de Maxence Fermine que j’ai beaucoup aimé : Chaman. Et comme en ce moment, je lis des livres qui me plaisent énormément, je pense que je vous proposerai bientôt un nouvel épisode de ma petite bibliothèque sans attendre l’été.

  • Le cri du colibri de Michel Hutt

Le cri du colibri est un roman qui s’inspire des mouvements de transition qui voient le jour un peu partout dans le monde. Nous suivons les aventures de Paul, parisien pressé et de sa fille Léa, ado rebelle. A la mort du grand-père de Paul, ils viennent s’installer dans la maison de leur aïeul. Petit à petit, ils s’intègrent à la communauté qui décident de cheminer vers l’autonomie et de faire leur part comme dans la légende du colibri. Lorsqu’un krach boursier éclate et que les démocraties européennes s’effondrent, le mode de vie sobre et la solidarité entre les habitants montrent leur efficacité dans un pays plongé dans le chaos.

Michel Hutt raconte dans son roman comment des actions comme l’autonomie alimentaire ou énergétique peuvent être mise en place dans les communes pour être plus résilient·es face à la crise écologique. Malgré les drames, ce roman se veut positif et enthousiaste et refuse le repli sur soi ou la résignation. Il se base sur des faits réels (crise économique, crise écologique, mouvements citoyens en faveur de la résilience) pour imaginer un futur possible et vivable. Bien qu’inégal dans sa forme, le cri du colibri vous permettra de comprendre qu’il est possible, à son échelle, de faire changer les choses.

Le cri du colibri, Michel Hutt, Editions Yves Michel

  • Les recycleurs de Michel Hutt

Les recycleurs est la suite du roman Le cri du colibri Mais les deux livres peuvent être lus indépendamment. J’ai d’ailleurs commencé par lire Les recycleurs avant le cri du colibri sans aucun souci.

Au début du roman, nous sommes 14 ans après La Grande Crise. Suite à un krach boursier, la société s’est effondrée. Dans ce deuxième tome nous suivons les aventures de la Confrérie des Amandiers et de la communauté de Mullbach. Les confréries, qui regroupent des artisans nomades, voyagent à travers la France. En suivant leurs aventures, nous découvrons comment (sur)vivent les habitants quand il n’existe plus de services publics, plus de supermarchés, plus de fournisseurs d’énergies… Cette vie n’est pas sans danger et nous assistons à des pourparlers parfois musclés.

Ce livre est un aperçu de la vie d’après si la société telle qu’on la connaît, venait à disparaître. L’auteur, Michel Hutt, se base sur des faits réels pour imaginer des solutions. Par exemple, la communauté de Mullbach est basée sur les expériences de la commune en transition de Ungersheim. Les recycleurs est un livre plutôt positif racontant la vie d’êtres humains qui mettent en commun leurs compétences pour survivre au lieu d’être en compétition. Il amène une réflexion sur la non-résilience de nos sociétés modernes et les moyens à mettre en œuvre pour être plus autonomes.

Coté écriture, ce n’est pas le meilleur roman que j’ai lu. En clair, je n’aime pas le style de l’auteur mais contrairement à d’autres romans, ce n’est pas un récit apocalyptique mais plutôt joyeux. Les recycleurs est un roman concret et lucide et montre comment la sobriété heureuse, la communication non violente, la coopération peuvent nous aider à inventer un avenir meilleur.

Les recycleurs, Michel Hutt, Editions Yves Michel

  • Chaman de Maxence Fermine :

Je ne connaissais absolument pas cet auteur français et je suis tombé sous le charme de son écriture très poétique. Après la lecture de Chaman, son dernier ouvrage paru en octobre 2017, j’ai vraiment hâte de découvrir ces précédents livres.

Chaman raconte l’histoire de Richard Adam, un charpentier travaillant sur la construction de tours dans le nord-est de États-Unis. A la mort de sa mère, il décide de retourner dans la réserve indienne où sa mère est née et ainsi respecter ses dernières volontés. C’est dans cette quête des origines que nous plonge le roman de Maxime Fermine. Richard Adam va découvrir un communauté et des traditions qu’il ignoraient dans la réserve Sioux de Pine Ridge au Nebraska et renouer avec ces ancêtres.

Chaman est un roman trop court. L’écriture de Maxine Fermine est plaisante et ses personnages attachants. La nature est très présente et sa description nous plonge dans ces contrées isolées, comme dans un film. Pour autant, il n’oublie pas les difficultés que rencontrent les Indiens aux États-Unis (racisme, chômage, drogues, alcool…). Teinté de magie et de spiritualité, Maxime Fermine nous montre qu’il faut renouer avec la terre, les plantes et les animaux car nous avons perdu ce contact dans nos sociétés modernes. Un roman inspirant.

Chaman, Maxence Fermine, Editions Michel Lafon

Quels sont les derniers les livres qui vous ont touché.es ces dernières semaines?

Pensez aux bibliothèques, aux boites à livres, à l’achat d’occasion ou au troc pour vous procurer ces livres. Les librairies indépendantes de votre région seront aussi de bons conseils pour l’achat de livres neufs.

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!