Chuchotements d’ici et d’ailleurs #7

C’est parti pour le 7ème épisode des chuchotements d’ici et d’ailleurs. Au programme : un retour sur les inondations qui ont frappé une partie de la France en début de mois, l’Euro 2016 côté face, un regard sur la société de consommation et pour finir deux livres à découvrir : Le livre noir de l’agriculture d’Isabelle Saporta et Dans la lumière de Barbara Kingsolver.

Le rôle des pratiques agricoles dans les inondations

Une partie de la France a subi d’importantes inondations au début du mois de juin. Si les conséquences de ce phénomène sont dramatiques pour les sinistrés, il est important d’essayer de comprendre pourquoi il a eu de telles conséquences. Certes la quantité d’eau tombée en quelques jours est considérable et l’artificialisation des sols a joué un rôle mais la qualité des sols agricoles a aussi une responsabilité. Selon l’article de Reporterre, la perte de matières organiques et la disparition des vers de terre conduit à des sols imperméables, la faute à l’utilisation des pesticides et des engrais azotés. De plus, le ruissellement lors des pluies entraîne l’érosion des sols emmenant aussi le peu de matière organique qui reste. Cependant, les agriculteurs peuvent prendre soin de leurs sols en mettant en place de nouvelles pratiques les préservant.

Ce problème d’appauvrissement des sols responsable en partie des inondations avait déjà été pointé du doigt par Jacques Caplat en 2015 dans un billet de son blog. L’appauvrissement des sols conduit à une moindre pénétration et absorption des pluies. Un bon sol peut absorber jusqu’à 100 mm d’eau par heure contre à peine 2 mm pour les sols dégradés. De plus, toute l’eau qui aura ruisselé ne sera pas stockée dans les champs et en période de sécheresse, le recours à l’irrigation sera indispensable en puisant dans les cours d’eau ou les nappes phréatiques.Inondation_du_31_mai_2016_à_Saint-Rémy-lès-Chevreuse_-_37

By Lionel Allorge CC BY-SA 3.0  via Wikimedia Commons

Si vous vous demandez si les pluies de ces derniers jours ont un lien avec le changement climatique, je vous conseille de lire l’article de Valérie Masson-Delmotte dans The Conversation France. Bien qu’il soit difficile d’établir une relation entre réchauffement climatique et pluies intenses, il semblerait tout de même que ces deux phénomènes ne soient pas étrangers l’un à l’autre. De nombreuses études montrent que l’augmentation des pluies intenses et des inondations, notamment autour du bassin méditerranéen, soient liées à l’augmentation de la température moyenne de la Terre. Par ailleurs, l’Île de France reçoit 15% de précipitations en plus au printemps depuis ces 30 dernières années. Il faudra donc s’adapter à ces phénomènes météorologiques plus intenses. Par conséquent, retrouver des sols agricoles plus sains est une des manières d’y arriver.

Le véritable coût de l’Euro 2016

L’Euro 2016 a débuté il y a une semaine en France et je vous propose d’explorer l’envers du décor. La revue en ligne Bastamag et le mensuel Alternatives économiques ont réalisé un dossier sur le championnat d’Europe 2016. Ici pas question d’exploits sportifs, d’ambiance bonne enfant ou de communion autour du ballon rond. Parlons plutôt argent.  Dans un premier article, Bastamag révèle les dessous du sponsoring des équipes nationales et de leurs stars de footballeurs. Par exemple, on apprend qu’un ouvrier vietnamien gagne 170€ par mois (inférieur au salaire vital au Vietnam) pour confectionner maillots et chaussures alors que Christanio Ronaldo touche plus de 2 millions d’euros par mois (nettement supérieur au salaire vital) pour arborer les couleurs de son sponsor. Les grandes marques de sport s’intéressent plus à leurs dépenses marketing et à leurs dividendes qu’aux conditions de travail de leurs salariés ou de leurs sous-traitants. Ils fuient leur responsabilité sociale et délocalisent toujours plus vers des pays où la main d’oeuvre est toujours moins chère.

Si les grands équipementiers ne sont pas des saints, que dire de l’UEFA, grande organisatrice de ce petit concours de sport? On nous promet des retombées économiques, des emplois … Une véritable opportunité pour notre pays.  Mais toujours selon Bastamag et Alternatives Economiques, c’est l’UEFA qui va se remplir les poches, avec près de 2 milliards d’euros de bénéfices. Le cahier des charges de l’UEFA est très exigeant et certaines requêtes vraiment insensées et n’oublions pas les exonérations d’impôts. Mais n’exagérons pas, ces pratiques se développent pour tous les grands événements sportifs. Alors la France grande gagnante de cet Euro 2016?

Pour compléter, vous pouvez visionner l’émission Vox pop d’Arte qui avait consacré son émission du 3 mai à l’Euro 2016 « Quand le foot impose sa loi » (à partir de 6’30).

Une série : La société de consommation par le Troisième Baobab

Alexandra d’Imperio du blog le Troisième Baobab a consacré une série de 8 articles sur la société de consommation. A lire absolument pour comprendre dans quel monde nous vivons et comment cette société s’est imposée à nous. Cliquez sur l’image pour accéder à la série d’articles.

View story at Medium.com

Livre : Le livre noir de l’agriculture d’Isabelle Saporta

Il y a quelques jours des agriculteurs manifestaient encore aux alentours de Poitiers. A cette occasion, je vous propose de découvrir le livre d’Isabelle Saporta pour comprendre ce qui ne va pas dans l’agriculture française. Il date de 2010 mais il est toujours d’actualité. Dans son enquête, Isabelle Saporta a rencontré des paysans, des exploitants agricoles, des directeurs de coopératives, des associations environnementales pour comprendre ce qui cloche dans l’agriculture moderne. Elle dénonce cette course en avant qui consiste à agrandir encore et toujours les porcheries bretonnes. Ces « usines à cochons » rejettent trop d’azote que ni les sols ni les nappes phréatiques ne peuvent absorber. Produire plus et toujours à moindre coût n’est pas une voie d’avenir. Isabelle Saporta présente des solutions simples pour ne plus polluer et détruire l’environnement. En 250 pages, la journaliste aborde de nombreux sujets : l’antibioresistance, la culture sous pesticides des pommes et des pommes de terre, l’alimentation à base de soja importé des vaches. Et elle exhorte les paysans à retrouver leur bon sens. Ce livre est très complet et permet de comprendre les problèmes de l’agriculture intensive d’aujourd’hui.

livre_saporta_agricultureLe livre noir de l’agriculture, Isabelle Saporta, Editions Fayard

Livre : Dans la lumière de Barbara Kingsolver

J’avais envie d’ouvrir ma rubrique à des livres de fiction et ne plus présenter uniquement des livres sur des faits de société. Cependant ils auront toujours un lien avec l’environnement. Le premier livre que je vous présente est un livre de Barbara Kingsolver, une auteure américaine connue pour son engagement écologique. Sorti en 2013, Dans la lumière raconte l’histoire de Dellarobia Turnbow, jeune mère de famille, découvrant que des papillons monarques ont élu domicile dans une des vallées des Appalaches. D’habitude, ces papillons passent l’hiver au Mexique alors que viennent-ils faire dans ce coin des Etats-Unis? Si certains y voient un signe religieux, les scientifiques, quant à eux, pointent du doigt le réchauffement climatique. Dans cette Amérique profonde et pauvre, les pluies incessantes sont plus préoccupantes que le changement climatique. Mais l’arrivée des papillons va bouleverser la vie de Dellarobia. Au contact de Ovid Byron, éminent spécialiste des monarques, elle va peu à peu s’émanciper.

Barbara Kingsolver décrit avec précision ce sud rural, la pauvreté des paysans, le décalage entre le discours écologique et les difficultés pour boucler les fins de mois. Ses personnages sont consistants et leur psychologie est finement travaillée. Fable écologique, critique de la société de consommation, crise économique, émancipation tous ces sujets sont traités avec précision et fait du roman Dans la lumière une œuvre authentique et crédible sur les choix que nous avons à prendre à l’heure des multiples crises que nous vivons.

Dans la lumière, Barbara Kingsolver, Editions Rivageslivre_kingsolver_lumiere

Quelles actualités avez-vous retenu ces derniers jours ?

Pensez aux bibliothèques, aux boites à livres, à l’achat d’occasion ou au troc pour vous procurer ces livres. Les librairies indépendantes de votre région seront aussi de bons conseils pour l’achat de livres neufs.

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

4 réflexions au sujet de « Chuchotements d’ici et d’ailleurs #7 »

    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Dans les chuchotements, je parle de ce qui m’a le plus marqué ces derniers temps. Aujourd’hui, ils sont un peu pessimistes mais cela révèle aussi parfois mon état d’esprit du moment.
      Je ne connais pas le livre d’Isabelle Saporta sur le vin mais je pense qu’il serait intéressant de le lire. Merci pour ton conseil de lecture.
      Bon week-end.

      Répondre
  1. Red Iza

    J’avais beaucoup aimé Un été prodigue de Barbara Kingsolver, je lirai celui-ci 🙂 Merci pour tous les liens intéressants et je confirme, la terre agricole est… morte. Vers chez moi (Bourgogne), elle est toute claire et dure comme un caillou.

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Un été prodique est ma lecture du moment. J’ai découvert Barbara Kingsolver récemment et j’adore ces portraits de femmes, son militantisme écologique et ses descriptions pointues de la faune. Je crois que je vais dévorer tous ces livres.
      La Bourgogne est une terre de contraste. je suis originaire du Charolais où l’élevage est roi mais pour mes études, je suis allée à Dijon et le paysage est très différent. Malheureusement la terre est morte dans une grande partie des régions française.

      Répondre

Répondre à Catherine [la marmotte chuchote] Annuler la réponse.