Vélo à assistance électrique : mon premier bilan

L’année dernière, à la même époque, je m’étais lancée un défi : ne pas utiliser ma voiture personnelle pendant 21 jours. A cette occasion, je m’étais inscrite sur le liste d’attente pour louer un vélo à assistance électrique. Et fin janvier 2017, j’ai eu une bonne surprise car j’ai pu avoir accès à ce vélo. Après plus de six mois d’utilisation, il était tant de faire un premier bilan. Alors, un vélo à assistance électrique, çà vaut le coup ?

Pourquoi utiliser un vélo à assistance électrique?

Je ne reviendrais pas sur mes 10 bonnes raisons de se mettre au vélo que vous pouvez lire dans un de mes précédents articles. J’aime beaucoup me déplacer à vélo : c’est un moyen de transport pratique, rapide, pas cher et qui ne prend que très peu de place. Cependant, Poitiers étant une ville très vallonnée, escalader une ou deux côtes à la suite pour aller travailler, faire ses courses ou simplement sortir pour ses loisirs devient vite un obstacle. C’est pourquoi la ville et Grand Poitiers a mis en place un service de location de vélos dont la grande majorité est à assistance électrique. Il rencontre un vif succès. La liste d’attente est longue. Par exemple, j’ai attendu 6 mois pour bénéficier d’un vélo.

Depuis que j’utilise un vélo à assistance électrique, les côtes sont un jeu d’enfant. Je ne peine plus. J’arrive pimpante en haut des côtes, à peine essoufflée. Je n’hésite plus à le prendre quand j’ai de longs trajets à effectuer. La voiture reste le plus souvent au garage. Par contre, pour les trajets courts et plats, j’utilise toujours mon vélo normal.

Le vélo à assistance électrique, c’est utile pour les trajets vallonnés et les distances supérieurs à 10 km.

Vélo à assistance électrique ou vélo normal : les différences ?

Le vélo à assistance électrique que je loue est assez lourd et plus encombrant que mon vélo habituel. Il doit en effet être assez robuste pour résister aux multiples utilisateurs pas toujours précautionneux. Il ressemble au vélo hollandais qui permet une assise très droite. J’ai donc eu un petit temps d’adaptation pour maîtriser les démarrages, les freinages, l’équilibre.

L’assistance électrique ne se met en marche que lorsque l’on pédale. Donc il faut faire un effort pour avancer. Il y a trois niveaux d’aide (faible, moyen, fort) que vous dosez suivant la difficulté de votre trajet. Il y a aussi le système de vitesses (7), un peu comme sur un vélo classique. Une fois habituée, il y a peu de différence avec un vélo normale. Un compteur vous permet de connaître votre vitesse, les kilomètres parcourus sur un trajet, les kilomètres depuis la mise en service et les kilomètres restant sur la charge de la batterie.

Le poids et la faible maniabilité (dû au poids) sont les principaux défauts. Coté avantages, bénéficier de l’assistance électrique dans les côtes est très appréciable. Vous pouvez aussi utiliser votre vélo avec un niveau d’assistance plus élevé. Personnellement, je ne le fais jamais car je n’aime pas pédaler dans le vide et l’effort physique est nul. De plus, la batterie s’épuise plus vite.

Très peu de différences entre un vélo à assistance électrique et un vélo simple à part le poids et des côtes montés avec plus d’aisance.

Pourquoi la location : avantages et inconvénients ?

J’ai longtemps hésité entre l’achat d’un vélo à assistance électrique, le rajout d’un kit électrique sur mon vélo normal et la location. Aujourd’hui, je ne pense pas acheter un vélo à assistance électrique bien que la ville de Poitiers offre un aide conséquente à l’achat. La moitié de mes trajets se font sur un trajet relativement plat, l’autre moitié où il y a une bonne côte. La moitié du temps je n’ai pas besoin d’assistance électrique.

La deuxième raison est la durée de vie des batteries. Je ne sais pas si en achetant un vélo électrique à 1 000 €, la batterie sera assez fiable et ne viendra pas grossir les quantités de déchets électroniques que l’on ne sait pas ou mal recycler. En louant mon vélo, je n’ai pas à me préoccuper du renouvellement des batteries. J’espère simplement que le modèle de vélo choisi par Grand Poitiers est assez solide.

La location me coûte 30 € par mois mais vous ne pouvez pas payer en ligne. Le vélo doit être contrôlé tous les six mois et vous ne pouvez pas le réparer par vous-même en cas de crevaison.

Location ou achat, suivant vos besoins et les possibilités de locations de VAE, c’est à vous de déterminer la formule qui vous convient le mieux.

Un vélo à assistance électrique : écolo ou non ?

Je me souviens, une des premières fois où j’enfourchais mon vélo à assistance électrique, une personne m’a dit  que je trichais. Alors sur le coup, je me suis un peu vexée. J’utilisais beaucoup moins la voiture au profit du vélo mais avec toute ma bonne volonté, grimper les côtes de Poitiers sans être essoufflée et transpirante, cela m’est impossible. Donc j’assume pleinement utiliser un vélo à assistance électrique. Certes, c’est moins écolo qu’un vélo normal mais beaucoup plus qu’une voiture électrique. Le principal défaut est la batterie qui génère des pollutions lors de sa production et de son recyclage. Mais ces batteries sont aussi utilisées dans nos smartphones, nos ordinateurs portables, nos tablettes. Le problème des batteries est globale. La question de l’origine de l’électricité se pose. Chez nous, elle est nucléaire. Changer de fournisseur d’électricité est une option que nous envisageons.

Un vélo même à assistance électrique est écolo surtout en ville.

Quelques conseils avant l’achat d’un vélo à assistance électrique

Mon but avec cet article n’est pas de vous pousser à acheter un vélo à assistance électrique. Ce type de vélo peut être très utile comme des villes comme Poitiers. mais son impact sur l’environnement n’est pas négligeable notamment à cause des batteries. Avant tout achat, posez-vous les questions suivantes :

  • Est-ce que j’ai vraiment besoin d’un vélo à assistance électrique ou est-ce un effet de mode?
  • Mon trajet comprend-t-il des côtes?
  • Mon trajet est-il supérieur à 5 km?
  • Est-ce que ce trajet est régulier, par exemple pour aller travailler?
  • Est-ce que ce trajet est-il trop difficile pour moi en vélo normal même après un peu d’entraînement?
  • Est-ce que je vais utiliser mon vélo pour emmener mes enfants à l’école?
  • Est-ce que je vais utiliser mon vélo pour faire mes courses?

Si vous répondez oui à une ou plusieurs de ces questions, un vélo à assistance électrique peut vous être utile. Avant tout achat, je vous conseille cependant de tester un vélo car ils sont plus lourds que les vélos traditionnels.

Avez-vous un vélo à assistance électrique ou envisagez-vous d’en acheter ou d’en louer un?

La FUB lance une enquête nationale « Baromètre des villes cyclables » sur le site Parlons Velo. Elle a pour objectif de recueillir le ressenti des usagers sur la cyclabilité de leur ville. Les résultats donneront lieu à un classement des villes cyclables. L’enquête est en ligne jusqu’au 30 novembre 2017. N’hésitez pas à donnez votre avis !

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

4 réflexions au sujet de « Vélo à assistance électrique : mon premier bilan »

  1. Greener Daddy

    Merci pour ce retour d’expérience ! Ici, cela fait un an que je suis passé au vélo à assistance électrique. La question s’est posée lorsqu’il a été question de renouveler mon scooter. Compte tenu de mon trajet domicile-travail, je devais faire 5km pour aller chercher le car qui m’ennène au boulot 25km plus loin. L’opportunité m’a fait choisir un vélo électrique pliable … Je l’emmene du coup dans le car et devient donc encore mobile à l’arrivée 🙂 J’ai la chance qu’il puisse encore roulé une fois plié et heureusement car comme tu le dis, le poids n’est pas négligeable, plus de 15kg dans mon cas. Il fallait aussi que je reste présentable en arrivant au boulot … sans oublier une subvention possible sur Paris, plus importante qu’au national … J’en suis ravi. J’ai opté pour l’achat car il n’y a pas de système de location par ici

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Merci de partager ton expérience avec un vélo électrique et de voir que tu en ai très satisfait.
      Les vélos pliables sont très pratiques pour être transportés dans les bus et les trains. Et cela permet aussi de se déplacer facilement une fois arrivé. C’est bien d’avoir eu cette possibilité et de pouvoir bénéficier d’aide pour l’achat.

      Répondre
  2. kellyac

    Merci pour ce retour d’expérience, c’est très intéressant. J’ai réduit mon trajet pour le travail à 6km sans cotes, donc j#oublie l’idée du vélo électrique pour le moment, mais je m’y suis pas mal intéressée, donc ce genre de retour m’intéresse!

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      J’aimerais moi aussi faire mes trajets à vélo sans assistance mais il y a trop de cotes à Poitiers.

      Répondre

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.