Se chauffer grâce à un poêle à granulés de bois

A la mi-janvier et pendant une dizaine de toujours, il a fait très froid sur la France (et sur une partie de de l’Europe). RTE, la société qui gère le transport de l’électricité, a même appelé les Français à limiter leur consommation électrique. Peut-être avez-vous appliqué ces consignes? Personnellement, je n’en ai pas fait plus que d’habitude puisque plusieurs éco-gestes font partie de mon quotidien comme je vous le racontais dans mes articles consacrés au chauffage, aux veilles et à la lumière.

Cependant, ces petits gestes ne sont pas efficaces pour faire baisser, de façon significative, ma consommation électrique (et ma facture) car je me chauffais exclusivement grâce à des radiateurs électriques, comme un grand nombre de ménages français. Hors, nous le savons aujourd’hui, ce type de chauffage n’est pas le plus efficace et devient problématique lors d’une vague de froid.

Notre maison était équipée d’une cheminée à foyer ouvert. Si nous ne l’avons jamais utilisé car ce système a une très mauvais rendement, il nous semblait intéressant de le conserver pour nous chauffer au bois. L’année dernière, nous avons donc détruit cette cheminée pour la remplacer par un poêle. Nous avons fait ce choix car elle prenait beaucoup de place dans notre pièce à vivre car très massive et qu’elle n’était pas à notre goût. De plus, nous ne pouvions pas ajouter un foyer fermé. De plus, d’un point de vue énergétique le gain n’est pas très  important.

Le choix du poêle

Il existe deux grands types de poêles : les poêles à bûches et les poêles à granulés de bois (aussi appelés à pellets). Nous avons opté pour ce dernier. Si vous souhaitez plus d’informations, il existe de nombreux comparatifs sur internet ou dans des magazines comme la maison écologique. Mais voici une liste des avantages et des inconvénients du poêle à granulés.

Un poêle à granulés possède plusieurs avantages :

  • être assez autonome : Il possède un réservoir à granulés (autonomie de 2 jours dans les conditions les plus favorables).
  • posséder un thermostat et être programmable : il se gère comme un radiateur.
  • avoir un très bon rendement et limiter le rejet de monoxyde de carbone et de particules fines.
  • se nettoyer très facilement.
  • pouvoir se faire livrer les granulés en vrac limitant la manutention de sacs plastiques et d’éviter des déchets.
  • les granulés sont fabriqués à partir des déchets des scieries.

Mais il y a aussi des inconvénients par rapport à un poêle à bûches :

  • Il fonctionne à l’électricité ce qui est problématique en cas de coupure de courant.
  • il possède aussi de l’électronique qui pose les mêmes problèmes que tous appareils électriques.
  • les granulés de bois sont plus chers que les bûches.
  • un poêle à granulés doit être impérativement bien réglé pour fonctionner dans des conditions optimales. Il est aussi nécessaire d’avoir un contrat d’entretien.

Après avoir pesé le pour et le contre, nous avons choisi un poêle à granulés de bois de la marque MCZ possédant le label Flamme verte 7 étoiles. Nous l’avons fait installer par un revendeur local, spécialiste de cette marque.  Le coût total de l’installation est d’environ 4300 €, ce qui est dans la normale pour un poêle de qualité. A ce prix, il faut rajouter la fabrication sur mesure d’un silo pour stocker les granulés. Nous l’avons réalisé nous-même et il a coûté environ 800 €. Il existe de nombreux tutoriels disponibles sur internet. Attention, il faut respecter certaines règles de sécurité.

Les économies

Au bout d’un an d’utilisation dont une saison d’hiver, je peux faire un premier bilan. Au niveau confort thermique, il n’y a pas photo. La chaleur d’un feu de bois est bien plus agréable que celle des radiateurs électriques. Même en poussant à fond nos radiateurs, nous n’aurions jamais atteint le même confort. Nous avons vraiment apprécié notre poêle lors de la période de grand froid.

Nous avons arrêté 5 radiateurs sur 8 de la maison. Le radiateur de la salle de bains et ceux des deux pièces au sous-sol sont les seuls à fonctionner. En un an, nous avons diminué de 33% notre consommation électrique ( -40% en heures pleines et -20% en heures creuses).

Il est plus difficile de se rendre compte de nos économies sur notre facture EDF. Le relevé des compteurs se fait deux fois par an (janvier et juillet). Au mois de juillet dernier, nous avons eu un remboursement de 93€ et notre mensualisation réévaluée, passant de 123 € par mois à 105 €. Pour 2017, le montant de la mensualisation a encore été baissé à 73 €. Entre 2015 (dernière année sans chauffage au bois) et 2016 (première année avec notre poêle), notre facture d’électricité a diminué de 17%. Pour 2017, j’ai estimé notre facture à environ 900€ (sans compter une régularisation à la hausse ou à la baisse en juillet) soit -35% par rapport à 2015 et -25% par rapport à 2016. C’est à partir de cette année que nous allons voir une réelle différence sur notre facture.

Pour alimenter notre poêle, nous avons acheté en début de saison des granulés de bois, livrés en vrac, certifiés DIN+, produits à moins de 100 km et valorisant les sciures de bois. Nous avons commandé 1,4 tonnes pour un coût de 410 €. En 2017, notre facture énergie (bois + électricité)  pour la maison devrait s’élever à moins de 1300€ soit une économie de 10% par rapport à 2015 (énergie 100% électrique). Cela semble peu mais il faut encore isoler la toiture et les murs de notre maison.

En un an, nous avons consommé moins d’électricité, qui est principalement d’origine nucléaire. Notre facture d’électricité et notre facture énergie a diminué et nous avons gagné en confort thermique.

L’usage et l’entretien quotidien

Un poêle nécessite un peu d’entretien. Nous le nettoyons environ tous les 2-3 jours suivant l’usage. Les suies s’enlèvent facilement au pinceau. Une grande partie des cendres est récupérée dans le cendrier. Le reste est aspiré. Une fois par semaine, la vitre est nettoyée avec de la pierre d’argile. Le nettoyage prend entre 10 et 20 minutes tout au plus. J’utilise les cendres pour mon jardin. L’année dernière je les avais incorporées à mon compost. Mon jardin n’étant pas très grand, il est possible que je sois obligée de les mettre à la poubelle, à l’avenir. Nous avons aussi souscrit une contrat d’entretien (160€/an) comprenant le ramonage et la vérification du poêle.

Pour l’instant, le seul souci que nous avons eu est le blocage de la vis sans fin par des pellets. Mais en étant un peu bricoleur, il est facile de régler le problème en vidant le réservoir à granulés et en enlevant les pellets coincés.

Le poêle est équipé d’un ventilateur, qui peut être coupé mais le bruit, après une période d’adaptation, n’est pas dérangeant. Bien sûr, vous ne retrouverez pas le charme d’un feu de bois mais il permet aussi de diffuser plus vite la chaleur.

Au bout d’un an d’utilisation, nous sommes très contents de notre investissement. Notre consommation électrique a baissé comme notre facture énergie. Le poêle a une grande souplesse d’utilisation, est très autonome et s’entretient très facilement. C’est devenu notre mode de chauffage principal.

Quel est votre mode de chauffage? Utilisez-vous un poêle?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

8 réflexions au sujet de « Se chauffer grâce à un poêle à granulés de bois »

    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Les poêles à bûches fonctionnent sans électricité. Il existe aussi des poêles à granulés non électrique. Notre choix s’est porté sur la simplicité d’utilisation. La température est mieux régulée. Le ventilateur permet une meilleur dispersion de la chaleur. Il est programmable.
      Tu peux donc choisir le poêle qui te conviendra le mieux.
      Bon après-midi

      Répondre
  1. kellyac

    Merci pour ce compte-rendu super complet! Je suis en location, jevais donc continuer à utiliser mes vieux radiateurs le moins possible, mais clairement le jour ou je deviens propriétaire je me pencherai sur la question.

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Quand on est propriétaire, on est libre de choisir son mode de chauffage. Ce n’est pas évident aussi de convaincre son propriétaire de faire des travaux d’économies d’énergie.

      Répondre
  2. Laurine-Les2Alchimistes

    Dans notre nouvelle maison nous avons un poêle à bois et nous sommes vraiment, très très contents ! Enfin! nous pouvons chauffer convenablement (plus que 15 degrés..) et sans se ruiner!!
    Nous avons acheter du bois à un particulier, officiellement 2,5stères en 1m (nous pensions qu’il y a un peu plus), qu’Alexys scie selon nos besoins pour 130€. Nous pensons terminer l’hiver avec ce qu’il reste et en avoir encore un peu pour l’hiver prochain. Nous complétons avec du bois de palette et cagette, et nous brûlons par double combustion, pour réduire au maximum les fumées « toxiques ».
    Donc, 130€ pour tout l’hiver, en ayant bien chaud, c’est parfait!

    Je ne savais pas que certains poêles à pellets étaient électriques 😮 et s’il y a une coupure de courant, ça ne peut plus chauffer du tout ??

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Effectivement sans courant, je ne peux pas allumer le poêle mais en fait ce n’est pas, pour moi, le plus préoccupant.
      Comme nous, votre chauffage au bois vous permet de chauffer correctement votre maison. En plus, vous avez trouvé du bois pour pas cher et un mode de chauffage qui vous convient.

      Répondre

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.