Le zéro déchet dans ma cuisine

Le mois dernier, je vous présentais les initiatives Zéro Déchet à travers le monde. Aujourd’hui, il est temps de vous parler de ce que j’ai changé dans mon quotidien pour réduire mes déchets. Pendant longtemps, sortir les poubelles était, pour moi, une corvée. Lorsque j’étais étudiante, je traversais la France en train pour rejoindre mon amoureux un week-end sur deux. Alors le vendredi matin je sortais mon sac poubelle, bien plein, sur le trottoir puis les éboueurs le ramassaient dans la nuit du vendredi au samedi. Chaque fois, je me demandais si je n’allais pas retrouver ma poubelle éventrée le dimanche soir ou pire, un petit mot dans ma boite aux lettres : « Madame, la sortie des poubelles est autorisée à partir de 19 heures. » Jamais je ne m’étais demandée, si en changeant ma façon de consommer, je pouvais sortir ma poubelle tous les 15 jours, le vendredi où c’était mon amoureux qui traversait la France en train pour venir me rejoindre. A l’époque, réduire mes déchets était le cadet de mes soucis et puis le déclic est arrivé quelques années plus tard …

Le déclic

Il y a 5 ans, nous devenions propriétaires d’une maison nécessitant une grande dose de travaux. L’agencement, la taille des pièces et le papier peint daté années 50 n’étant pas à notre goût, nous avons entamé des travaux. Nous avons abattu et remonté des murs, opté pour une cuisine ouverte, agrandie la salle de bains, changé le chauffe-eau, la baignoire … Enfin, nous avons fait de gros travaux et générés une quantité de déchets absolument MONSTRUEUSES. Et là, en emmenant tous ces gravats à la déchetterie, je me suis demandée : « Mais comment peut-on en arriver là? Est-ce normal? Puis-je faire autrement? Et mes déchets ménagers? Je dois en produire aussi énormément mais je ne m’en rends pas compte car je sors la poubelle 2 à 3 fois par semaine ». Aujourd’hui encore, je pense qu’il aurait été difficile de réduire tous ces déchets lors de nos travaux pour de multiples raisons. La maison date des années 50 et avait besoin de se refaire une beauté. S’il est difficile, pour moi, de réduire les déchets quand je fais de gros travaux chez moi, pourquoi ne pas le faire dans ma vie de tous les jours?dechet_prospectus

Ainsi, l’idée de réduire mes déchets me trotte dans la tête. La municipalité nous incite aussi à réduire nos déchets à travers des articles publiés dans le bulletin municipal. Petit à petit, ma réflexion avance et pourquoi pas, après tout? Si je réduis mes déchets, je sortirai moins la poubelle, qui est toujours considéré comme une corvée par Mr Marmotte et moi. Un jour on se lance et sans s’en rendre compte, étape par étape, on s’aperçoit que la poubelle a diminué de moitié.

Les différentes étapes

Je vous présente les différentes étapes qui nous ont permis de réduire nos déchets :

  • Etape n°1 : Installer un composteur.

Lorsque j’ai voulu équiper mon jardin d’un composteur, l’idée première était d’avoir du fertilisant gratuit, le compost, pour mon jardin. Je n’avais jamais envisagé que ma poubelle de déchets ménagers subirait un régime minceur. Effectivement, 1/3 de mes déchets sont des déchets compostables. Si vous avez un jardin, renseignez-vous sur le compostage. Vous ferez des économies de temps (les poubelles sont sorties moins souvent) et d’argent (du compost gratuit à mettre au pied de vos tomates).composteur_500x335

  • Etape n°2 : Apposer un autocollant stop pub

C’est fou ce que le marketing et les gens de la publicité font bien leur boulot. Deux fois par semaine, une montagne de pub arrive dans votre boîte aux lettres pour vous prévenir que si jeudi prochain, vous n’allez pas au magasin SuperPromo vous louperez l’affaire du siècle : le lot de 15 paquets de biscottes à 8,99€ au lieu de 12,99€. A saisir de toute urgence! C’est vrai, vous ne mangez pas de biscottes mais à ce prix, vous trouverez une utilisation à ces biscottes. Et voilà, comment moi je me suis retrouvée avec 6 kg de pâtes à le maison. Je n’ai jamais trouvé d’autres recettes que les pâtes à la sauce tomate ou au fromage râpé. 6 mois! Pendant 6 mois, je n’ai pas racheté de pâtes. Maintenant, la pub c’est non merci. Je n’achète plus de choses inutiles et sur-emballées. Cerise sur le gâteau, ma poubelle de recyclables n’est plus remplie qu’à moitié de papiers inutiles.

  • Etape n°3 : Le vrac

Lassée de manger des pâtes et du riz, je me suis tournée vers les magasins bio pour trouver du millet, du sarrasin, de l’épeautre, des lentilles corail … et diversifier mon alimentation. Première découverte, ces produits sont généralement vendus en vrac. On s’équipe d’un sac en papier, on le remplit de la quantité désirée. Si je veux 175g, et bien je peux en avoir 175g et pas 250 ou 500g comme dans les grandes surfaces habituelles. Vous réduisez les emballages : pas de carton et encore moins de film plastique. Encore une fois, vous jetez moins d’emballages dans votre poubelle dédiée au recyclage.

  • Etape n°4 : Acheter des produits moins emballés ou réutiliser les emballages

Pour finir, nous avons changé nos habitudes de consommation. Aujourd’hui, nous préférons acheter le fromage, la charcuterie ou la viande à la coupe. Comme le vrac, vous pouvez acheter 5 tranches de jambon et non 4 ou 6 comme pour les produits préemballés.

Nous avons choisi de consommer du fromage blanc à la place des yaourts. Pour 2 kg de yaourts/fromage, l’emballage pèse :

  • 100 g pour les yaourts (pots + emballage en carton)
  • 66 g pour le fromage blanc (marque distributeur)
  • 60 g pour le fromage blanc (grande marque)

L’emballage est donc beaucoup moins important (en masse et en volume) pour le fromage blanc. De plus, ici, les pots de yaourts et de fromages blanc se recyclent. Donc opter pour de plus gros contenants nous permet de diminuer le volume de recyclables.yaourt

Enfin, nous avons choisi de réutiliser les sacs en plastique lors de l’achat de nos fruits et légumes. Nous sommes abonnés à un panier bio et chaque semaine, nous recevons nos légumes/fruits. Les emballages sont limités et les cagettes réutilisées. Mais chaque semaine nous faisons un complément dans un magasin de producteurs. Pour l’achat des fruits et légumes, nous n’utilisons pas de sacs, par exemple, pour les poireaux, céleri ou radis, ou nous réutilisons les sacs plastiques. Le magasin de producteurs fournit deux types de sacs : ceux tout fins que l’on trouve dans tous les rayons fruits ou légumes et ceux plus solides, notamment pour les pommes. Nous utilisons ces derniers depuis 6 mois sans problèmes. Nous faisons de même pour la boîte à œufs en carton, réutilisée chaque semaine. Elle part au composteur quand elle est trop abîmée.

 Le bilan

Appliquer ces petites règles nous a permis de vraiment diminuer nos déchets. Nous jetons les poubelles dans notre container 1 fois par semaine au lieu de 2, ce qui représente environ 15 litres de déchets non recyclables par semaine et par personne. Nous produisons une quantité semblable de déchets recyclables. Enfin, nous sortons nos containers de 140 L pour le ramassage seulement une fois par mois. C’était devenu ridicule de sortir la grosse poubelle grise chaque semaine pour une tout petit sac poubelle de 30 litres à moitié plein.poubelle

Réduire nos poubelles a plusieurs avantages. La corvée des poubelles a presque disparu. Il suffit de penser à sortir son container dans la rue 1 fois par mois. Lors de la grève des éboueurs, notre poubelle n’a jamais débordé. Je n’apprécie pas plus que vous de voir des détritus sur le trottoir. Diminuer ses déchets permet de faire face plus facilement à ces inconvénients. Je ne peste pas contre les éboueurs en grève mais plutôt contre une société de consommation qui nous oblige à utiliser une trop grande quantité d’emballages.

A l’avenir, j’aimerais appliquer (encore plus que je ne le fais et surtout les 3 premiers R) le principe de : REFUSER – REDUIRE – REUTILISER – RECYCLER – COMPOSTER. Je ne pense pas, par exemple, à refuser le petit papier bien inutile autour de la baguette. Il m’arrive encore d’oublier mes sacs. J’aimerais passer des sacs en plastique au sacs en tissu. Pourquoi ne pas faire une partie de mes yaourts?

Nous avons réduit nos déchets mais il reste beaucoup à faire : réduire ses déchets dans la salle de bain, le bureau, le jardin ou lors des travaux. Tout ceci ne s’est pas fait du jour au lendemain. Plusieurs étapes sont nécessaires : la prise de conscience du problème, la décision de changer et enfin le passage à l’acte. Ce cheminement nous a pris plus d’un an et nous cherchons toujours à réduire encore plus nos déchets.

Avez-vous envie de réduire vos déchets? Achetez-vous des produits moins emballés ou en vrac?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

12 réflexions au sujet de « Le zéro déchet dans ma cuisine »

  1. Potiron

    Moi non plus je n’aimais pas jeté la poubelle et quelle corvée d’aller jeter les produits dans le tri sélectif. Avec le zéro déchet, la corvée s’est allégée et on ne sort plus les poubelles que tous les 15j ou 3 semaines et le tri une fois tous les 2 mois !!!

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Sortir la poubelle de tri tous les 2 mois, c’est génial. Une corvée en moins. Je n’en suis pas encore là. En plus c’est toujours compliqué le tri. On ne sait jamais si c’est recyclable ou pas. Donc ne pas produire de déchets permet de ne plus se poser ce genre de questions.

      Répondre
  2. GreenerDaddy

    Félicitation !
    On est en pleine démarche avec notre premier bilan prévu en Fév 2016 ! On voit déjà un effet sur la fréquence de sortie de notre poubelle grise. Un sac de 50L toutes les 2-3 sem au lieu de toutes les semaines en démarrant ….
    On a transféré certains déchets vers le compost mais on réduit assez drastiquement les produits emballés en privilégiant le vrac

    Répondre
    1. la marmotte chuchote Auteur de l’article

      Faire son compost, éviter les emballages sont deux petits trucs simples qui permettent de diminuer les poubelles rapidement. Bonne continuation dans votre démarche et RDV en 2016 pour le bilan. 🙂

      Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Les bilans sont toujours importants pour se rendre compte de nos progrès et pour envisager ceux encore à réaliser.

      Répondre
  3. Ping : Où en est mon empreinte écologique? | La marmotte chuchote

  4. Ping : Cuisiner avec ustensiles en inox | La marmotte chuchote

  5. Ping : Faire ses yaourts | La marmotte chuchote

  6. Ping : Sacs en vrac ... | La marmotte chuchote

  7. Ping : Zorro déchet®, la box pour tout changer | La marmotte chuchote

  8. Ping : Le tour Alternatiba à Poitiers | La marmotte chuchote

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.