J’ai (presque) arrêté de fréquenter les supermarchés traditionnels

Je profite du défi Février sans supermarché lancé il y a 3 ans par le blog En vert et contre tout pour (enfin) publier mon article sur les supermarchés, dans lequel je vous explique pourquoi je ne fréquente plus les grandes surfaces.

Cela doit faire au moins 4 ans que je ne fais plus mes courses dans les supermarchés type Auchan, Carrefour, système U, Leclerc, Leader Price, Lidl… J’ai déjà raconté que je ne faisais plus mes courses au drive mais je n’avais jamais parlé de la deuxième partie : ne plus aller au supermarché pour les courses alimentaires.

Prise de conscience : les produits vendus en supermarché ne me conviennent pas

Après l’annonce d’une maladie, nous avons été obligé de changer notre alimentation. En parcourant les linéaires des supermarchés, nous nous sommes rapidement rendu·e·s compte que les produits proposés n’allaient pas nous convenir. Trop sucrés, trop salés, trop raffinés, trop transformés… Alors nous avons filé dans les enseignes bios rempli·e·s de nos préjugés : chers et pour bobos. Mais finalement nous sommes resté·e·s fidèles car nous avons trouvé plus de diversité et des produits de meilleure qualité nutritionnelle. Certes le coût est plus élevé.

Les supermarchés : la consommation déshumanisée

Je n’ai jamais aimé faire mes courses dans les supermarchés. Trop de monde, trop de produits, trop de lumière qui ne permettent pas d’acheter en conscience. Enfin, j’ai toujours eu le sentiment que les employé·e·s n’étaient pas très heureux·ses. Impossible de connaître chaque client quand des centaines de personnes sont dans le magasin.

Enfin, les supermarchés étant souvent en périphérie de ville (sauf les marques comme Monoprix par exemple), il faut souvent s’y rendre en voiture. Quand tu te déplaces, majoritairement à pied ou en vélo, le parking de la grande surface n’est pas ton ami. Pour toutes ces raisons, nous allons très rarement dans les supermarchés.

Mes courses aujourd’hui

Aujourd’hui, je m’approvisionne à trois endroits différents : au marché, dans un magasin sans emballage et dans un magasin bio. J’ai la chance que ces magasins soient situés à moins de 15 minutes en vélo. Outre la qualité des produits vendus, la qualité dans la relation humaine n’est pas la même que dans les supermarchés. Je ne fais pas seulement des courses dans ces lieux de vente, j’y glane aussi des conseils notamment auprès de ma maraîchère et à l’épicerie vrac. Alors oui certaines fois, les courses prennent plus de temps que prévu mais ce n’est pas du temps perdu. Ces magasins proposent aussi des nombreux produits locaux qui participent à faire vivre mon territoire et à y garder la richesse produite.

Il y a aussi quelques inconvénients. nous faisons nos courses trois fois par semaine car nous ne pouvons pas porter toutes nos courses de la semaine à bout de bras ou sur nos vélos en une seule fois. Nous consacrons sûrement un peu plus de temps à faire mes courses maintenant qu’avant mais c’est plus un moment de convivialité qu’une corvée. Cela demande aussi un peu plus d’organisation car nous consommons à 95% des produits bruts donc il faut les cuisiner mais au moins nous n’avons des plats sains et à notre goût.

Pourquoi presque?

Je remets les pieds de temps en temps dans les supermarchés pour l’achat d’un produit spécifique. Et nous continuons à fréquenter les hypermarchés de bricolage car nous n’avons pas trouvé (pour l’instant) d’alternatives satisfaisantes.

Bien avant le défi Février sans supermarché, j’ai commencé à me détourner des circuits de consommations classiques pour me tourner ver des lieux plus petits et conviviaux. Aujourd’hui, nous sommes tous les deux satisfaits de ce mode de fonctionnement et nous reviendrons pour rien au monde au système antérieur.

Et vous, avez-vous envie de tenter le défi Février sans supermarché? Fréquentez-vous déjà les commerces de votre quartier?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

10 réflexions sur « J’ai (presque) arrêté de fréquenter les supermarchés traditionnels »

  1. latablevegederese

    bonjour Catherine !
    Depuis que je suis devenue végé (bientôt 6 ans ..) j’ai bien diminué mes visites dans SM, pouor ne presque plus y mettre les pieds maintenant !
    Lorsque je dois y retourner, je me sens complètement perdue 😀
    Je fais très attention au vrac :ici en France, le vrac bio (nourriture j’entends) vient souvent de Chine, donc je préfère choisir la provenance de France ou d’Europe (oui! je crois encore ce qui est écrit sur les étiquettes ….. )
    j’ai un marché bio également avec plein de petits producteurs
    Et au final, que d’économies nous faisons tout en mangeant sainement!
    Passe un bon wend
    ♥♥

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Bonjour Résé,
      J’ai le même sentiment que toi quand je retourne au supermarché. Il me faudrait presque un plan!
      Perso, j’ai de la chance d’avoir un magasin bio avec beaucoup de produits locaux. Comme quoi, suivant les régions, l’accès au vrac/bio/local est vraiment différent. Chacun doit trouver les alternatives qui leur correspondent.
      Bon week-end

      Répondre
  2. lessen-ciel.com

    Je suis dans cette démarche également. Je ne fais plus les courses en grandes surfaces ou alors exceptionnellement !
    Je préférencie les magasins bio et dans l’ordre, le local, le français et l’Européen…
    Bonne journée Catherine

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Bonjour Catherine,
      C’est vrai que parfois je suis obligé de remettre les pieds dans un supermarchés pour l’achat d’un objet spécifique mais dans l’ensemble j’ai le même ordre de préférence que toi.
      Bonne journée à toi

      Répondre
  3. Agnes - Esprit Laïta

    Pour le moment je ne trouve pas tout ce que je veux hors supermarché. par exemple, les pâtes fraîches et la viande pour le chien. Sinon, nous achetons tout l’alimentaire sur le marché. Je complète un peu pour quelques produits sans gluten avec un magasin bio installé pas trop loin il y a peu. Avant, je devais faire des kilomètres pour trouver des pâtes sans gluten (donc je n’en mangeais pas!). Pour le riz, je l’achète en grande quantité en magasin asiatique (le riz y est meilleur quand magasin bio). Par contre, pour le papier toilette, la lessive (la lessive bio ne lave pas et bouche les vieilles canalisations et m’a déjà bousillé un lave vaisselle), les fournitures scolaires, les fournitures de jardins (pas chère au printemps), ce n’est pas si facile de se passer du supermarché. Mais pour manger, c’est sûr, il y bien meilleur et bien moins cher!

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Bonjour Agnès,
      c’est vrai que pour l’alimentaire il existe des alternatives. Après suivant les possibilités de chacun, on peut se passer ou non d’aller dans les grandes surfaces. Mais déjà acheter son pain chez un vrai boulanger ou acheter ses légumes au marché à un producteur du coin est déjà un grand pas.
      Bonne journée à toi

      Répondre
  4. Claire

    Salut Catherine,
    Je ne mets les pieds au supermarché que très rarement également. La dernière fois, c’était pour prendre des grands bocaux en verre à joint en caoutchouc, afin de faire des bocaux de légumes lactofermentés. Et comme c’est un moment assez désagréable, je fais ça à toute allure pour y rester le moins de temps possible !!
    A mon sens, notre meilleure arme dans cette société de consommation est notre porte-monnaie, c’est pourquoi je dépense le moins possible dans ces gros magasins. Comme toi, je privilégie les producteurs locaux en vente directe, et pour le reste je vais en magasin bio où je ne prends quasiment que des produits bruts en vrac, qui sont également les produits les moins chers (ça tombe bien !).
    Bises et bon week-end 🙂

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Bonjour Claire,
      Je connais aussi la technique du « je reste le moins longtemps possible » en espérant qu’ils n’ont pas changé le rayon de place. 🙂
      Avec notre argent on peut privilégier un système de consommation plutôt qu’un autre, le vrac, le local, le bio, les petits commerçants. Et cuisiner avec des aliments bruts on fait de réelles économies.
      Bon week-end à toi

      Répondre
  5. Marine

    Bonjour Catherine, j’ai depuis quelques années la même démarche que toi. J’ai dû arrêté d’aller régulièrement au supermarché il y a 3-4 ans, pour me tourner en priorité vers les magasins bio pour le vrac, et au marché fermier pour les fruits et légumes (souvent davantage locaux et moins onéreux qu’à Biocoop par exemple). Etant végétalienne, donc consommant en majorité des légumes, céréales et légumineuses, ce mode de fonctionnement me convient particulièrement bien. Cela nous arrive de retourner au supermarché pour le papier toilette/sacs poubelles, et c’est là que je constate que ma vision des choses a bien changé ! Je m’y sens comme oppressée, fatiguée alors que ça ne m’atteignait pas outre mesure il y a quelques années…

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Bonjour Marine,
      Les marchés sont formidables pour trouver des légumes et des fruits locaux et bien moins chers que dans les magasins bios. Comme pour toi, ce n’est plus naturel de faire mes courses dans des supermarchés.Comme quoi, on peut changer rapidement…

      Répondre

Répondre à lessen-ciel.com Annuler la réponse.