#Défi21jours : 21 jours sans ma voiture : le bilan

Mon défi 21 jours sans ma voiture est terminé depuis une semaine. Il est temps de faire le bilan de cette aventure et de vous faire part de mon ressenti. Pendant trois semaines, je me suis donc déplacée sans voiture. J’ai beaucoup utilisé le vélo ou la marche à pied et un peu le bus. Travaillant à la maison, j’ai besoin d’un moyen de locomotion pour faire mes courses, pour mes loisirs ou pour des rendez-vous. Mon usage n’est pas donc pas quotidien ce qui peut simplifier un peu ce défi. Mais faisons le point semaine par semaine.

21j_sans_voiture_s1

Poitiers est a un relief accidenté. Il n’est pas rare que, pour aller d’un point à un autre, de devoir franchir quelques côtes. Certaines sont faciles, d’autres un peu plus dures. Cependant, pour traverser la ville, il faut bien souvent franchir deux côtes et la deuxième a souvent raison de mon enthousiasme. Mais, Grand Poitiers a mis en place un système de location de vélos à assistance électrique (VAE) pour inciter les Poitevins à se mettre au vélo. En ce premier jour de défi, je me renseigne et découvre que la liste d’attente est de 10 à 12 mois pour louer un VAE. Je m’inscris quand même sachant qu’un trajet de plus de 5 km à Poitiers et ses quelques côtes va très vite devenir compliqué. J’achète également des tickets de bus en prévision.

En ce début de défi, j’appréhendais un peu de reprendre le vélo après un arrêt forcé de pratiquement deux mois. D’ailleurs, en ce premier jour j’ai préféré aller au centre-ville à pied plutôt qu’en vélo. Mais la fois suivante, bien motivée par Mr Marmotte, j’ai réussi à faire ce trajet sans poser le pied à terre (les côtes toujours). Je me suis remise au vélo depuis un an environ et j’ai été très heureuse de constater que je n’avais pas tout perdu après ma pause sans vélo de l’été. Cette première semaine fut bien chargée avec des bonnes surprises sauf pour la location du VAE et les courbatures dues à la reprise.

Bilan de la semaine : 5,6 km à pied, 20 km à vélo pour un coût de 0 €.

21j_sans_voiture_s2

Cette deuxième semaine commence par un rendez-vous important à l’autre bout de la ville. J’oublie le vélo et me concentre sur le bus. J’en ai déjà parlé ici et . Vous l’avez compris : je ne suis pas fan. D’habitude, j’aurais pris la voiture mais là impossible. Après un brainstorming assez intense en jonglant entre les horaires, plan papier et site internet, j’ai mon itinéraire et mes horaires. Tout devrait bien se passer. Et tout s’est bien passé à part un bus bondé que j’ai laissé passer mais je ne suis pas arrivée en retard. Devrais-je revoir mon jugement sur le réseau de bus? Je ne sais pas car Mr Marmotte a fait le trajet retour en vélo et il est arrivé seulement 2 minutes après moi, malgré une trajet de plus de 8 km et deux côtes. Cette péripétie me confirme que le vélo est un moyen efficace de transport mais à Poitiers l’assistance électrique n’est pas du luxe pour un usage quotidien.

Au cours de cette semaine, je me suis aussi aventurée jusqu’à Décathlon pour trouver une tenue de sport. J’ai ainsi découvert un nouvel itinéraire qui pourrait m’être très utile à l’avenir. A cette occasion, il m’a fallu emprunter des rues très fréquentées par la circulation automobile alors que jusque-là mes trajets se déroulaient avec un trafic peu important. J’ai fait connaissance avec un des aspects les moins drôle du vélo en ville : la difficile cohabitation entre vélo et voiture.

Cette deuxième semaine est plutôt positive : un trajet en bus qui se passe bien, la découverte d’un nouvel itinéraire mais aussi quelques obstacles quand une ville ne développe pas assez les itinéraires cyclables.

Bilan de la semaine :  20 km à vélo, 20 km en bus pour un coût de 2,28 €.

21j_sans_voiture_s3

En cette troisième semaine, je suis rodée. Les courbatures ont presque disparues et mes inquiétudes du début se sont presque toutes envolées. Certains trajets sont déjà devenus une habitude. J’ai repris le bus pour aller à la braderie Emmaüs et encore une fois, tout s’est bien passée. Ai-je eu beaucoup de chance ou le réseau de bus est-il vraiment meilleur maintenant?

Il est tant de refaire du vélo la nuit mais là je m’équipe d’un casque, d’un gilet et de lumières pour la bicyclette. Si de jour, certains automobilistes respectent les zones 30 et 20, je crois qu’ils ne voient même pas ces panneaux la nuit. Je suis toujours un peu plus inquiète le soir mais tout s’est toujours bien déroulé. De toute façon, je n’ai pas le choix, aucun bus ne dessert mon quartier après 20 heures donc c’est soit la marche soit le vélo.

Bilan de la semaine :  12 km à vélo, 12 km en bus pour un coût de 2,28 €.

21j_sans_voiture_s4

Le défi est officiellement fini et réussi. Le vélo est devenu est habitude. J’ai presque oubliée que je possédais une voiture. Je profite de mon week-end pour aller à la manifestation Tout Grand Poitiers à vélo afin de promouvoir l’usage des transports doux (dont le vélo) pour les déplacements quotidiens. Si « tout Grand Poitiers » ne s’est pas déplacé ce dimanche, une centaine de cyclistes étaient réunis pour la parade. C’est l’occasion de nous rendre visible aux automobilistes et de changer un peu leurs habitudes de conduite en nous considérant comme des usagers à part entière de la rue. J’ai pris aussi connaissance du plan vélo 2016 – 2020 de l’agglomération. Si ce genre de plan est très important, j’aurais quand même mis les points #5 Faciliter la vie des cyclistes par des aménagements de la ville et de la voirie et #9 Inciter les automobilistes à respecter les cyclistes en point #1 et #2. Je préférerais aussi que les automobilistes me respecte tout le temps pas seulement quand cela leur plaît! L’après-midi a été très sympathique tout de même.

Bilan de la semaine :  34 km à vélo pour un coût de 0 €.

21j_sans_voiture_et_apres

Si j’ai réussi à ne pas utiliser la voiture pendant 3 semaines, ce n’est pas le cas de Mr Marmotte. Travaillant à l’extérieur, il a besoin d’un moyen de locomotion fiable. Ayant testé le bus l’année dernière, il n’est ravi de cette expérience. Pour lui, transformer son vélo en VAE est le meilleur compromis. Pendant ces trois semaines, il a fait beau et même parfois un peu trop chaud. Cela n’a pas particulièrement gêné. Cependant, je ne suis pas équipée pour les jours de pluie. Faut-il plutôt utiliser le bus ou le vélo? Ces questions restent en suspens. Mes deux trajets en bus se sont bien passés. Si j’étais une habituée de ce mode de transport dans d’autres villes, je pense qu’il restera un moyen de transport occasionnel à Poitiers (malheureusement).

A l’avenir, nous pourrions donc nous séparer de notre voiture. Il y reste encore quelques obstacles. En préparant cet article, j’ai fait un rapide calcul du coût de notre voiture par an soit entre 2 000 et 3 000 €. En utilisant toutes les alternatives à la voiture personnelle et en adaptant certains déplacements, j’ai estimé que ce mode de vie nous reviendrait à 2 000€ par an. Il n’y aurait donc pas d’augmentation du coût. Ce défi fut particulièrement enrichissant. Je peux effectuer de nombreux trajets en vélo ou en bus. Certes des difficultés subsistent et il nous faudra un peu de temps pour les résoudre. En attendant nous allons essayer d’utiliser la voiture le moins possible.

Est-il envisageable pour vous de renoncer à votre voiture principale ou secondaire?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

8 réflexions au sujet de « #Défi21jours : 21 jours sans ma voiture : le bilan »

  1. Échos verts ❀ Natasha

    Tu es bien courageuse de t’être déplacée à vélo à Poitiers. Ces côtes et ces rues étroites me démotiveraient personnellement !

    Je n’ai pas de voiture et je me déplace donc principalement à pied ou à vélo. Je suis équipée pour braver tous types de temps et moi qui suis très frileuse, je me déplace désormais sous la pluie, le vent, la neige et le froid sans problème… Ma crainte principale- même si Freiburg est bien aménagée et les voitures sont habituées aux cyclistes sur la route- reste de croiser le chemin d’un.e conducteur.rice trop pressé.e et pas prudent.e car il y en a partout, tous les jours…

    Mais bon, cela ne m’empêchera pas de continuer de prendre mon vélo avec joie au quotidien, car comme tu le présentes très bien dans l’un de tes derniers articles, cela a de nombreux avantages 🙂

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Merci Natasha. Je ne me sens pas courageuse dans toutes mes démarches écolos mais surtout motivée. Comme on me dit souvent que je suis courageuse, peut-être le suis-je vraiment?
      Il n’y a pas que des côtes à Poitiers 😉 mais ce n’est pas évident au début. Pour traverser Poitiers, j’essaie d’utiliser le bus au maximum parce que c’est vite fatiguant.
      Le froid ne me pose pas de problèmes mais la pluie j’appréhendes un peu encore.
      Pour les conducteurs, il faudrait qu’ils prennent conscience d’avoir dans leurs mains une voiture qui fait plus d’une tonne et fait beaucoup de dégâts en cas de choc même à faible vitesse. Et des fois, je les obligerais à monter sur un vélo pour comprendre comment se déplace un cycliste. Autrement, je suis hyper-vigilante parce qu’il m’est déjà arriver des trucs pas très drôles.

      Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Merci. Le vélo c’est du sport gratuit donc pas besoin de s’inscrire à une salle de sport pour faire du vélo en intérieur.
      Désolé pour la réponse tardive. Ton commentaire avait atterrit dans les indésirables 🙁 et je ne le vois que maintenant.

      Répondre
  2. alpincesare

    > Pendant ces trois semaines, il a fait beau et même parfois un peu trop chaud. Cela n’a pas particulièrement gêné. Cependant, je ne suis pas équipée pour les jours de pluie

    Quand il pleut : des bottes pour protéger le bas, et une cape de pluie pour protéger le haut. Un des meilleurs modèles est français:
    https://www.mobilityurban.fr/blog/les-indispensables-de-la-mobilite-urbaine/pourquoi-le-poncho-fulap-est-il-le-meilleur-ami-du-cycliste.html

    Répondre
  3. kellyac

    Nous avons une voiture pour deux, ce qui est pour nous le meilleur compromis, surtout qu’il y a plusieurs jours de la semaine ou elle reste À la maison pendant qu’on prend tous les deux le vélo. C’Est vrai que la pluie c’est le plus desagréable, meme avec la tenue de pluie et une tenue de rechange au travail, je fini souvent par choisir la voiture quand il fait trop moche. Mais je me dis que chaque trajet fait en vélo est une économie: moins de kilomètres, c’Est moins d’essence, mais aussi une assurance moins chère et moins d’usure de la voiture!

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Il n’est pas toujours évident de laisser sa voiture au garage mais à chaque fois que l’on utilise le vélo, c’est une petite victoire. Félicitations à vous deux pour tous vos efforts. C’est génial de pouvoir prendre sa voiture que très rarement.

      Répondre
  4. Ping : Chuchotements d'ici et d'ailleurs #11 | La marmotte chuchote

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.