Comment se passer de voiture personnelle en ville?

Une semaine que mon défi 21 jours sans voiture a débuté. Je ne l’ai pas utilisé depuis 7 jours et pourtant je ne suis pas restée cloîtrée chez moi. Mais j’ai repensé mes habitudes de déplacements. Prendre sa voiture pour le moindre petit trajet, c’est très facile mais les inconvénients sont nombreux. Voici quelques exemples :

  • La voiture pollue : elle émet des particules fines, des oxydes d’azote, du dioxyde de carbone… Cette pollution a des conséquences sur la santé (maladies pulmonaires, cardiaques, diminution de l’espérance de vie …)
  • La voiture consomme de l’espace : Pour circuler, la voiture a besoin infrastructures importantes : routes, parkings qui pourraient être alloués à l’agriculture ou à l’aménagement d’espaces verts par exemple.
  • En ville, la voiture n’est pas toujours synonyme de gain de temps : Suivant les conditions de circulation (embouteillages, recherche de place de stationnement), la marche ou le vélo peuvent se révéler plus rapide.
  • La voiture ne contribue pas à apaiser la ville : le non respect des limitations de vitesse, les voitures garées sur les trottoirs ou les pistes cyclables … sont autant des marques d’incivilités et des freins à un espace public partagé et apaisé.
  • La voiture génère du bruit : Une voiture est bruyante quand elle se déplace et l’exposition au bruit entraîne stress et fatigue.
  • 90% du temps, la voiture est inutilisée : Une voiture personnelle est très sous-utilisée car la plus grande partie du temps, elle est sur un parking!

voiture_garee_1

Une voiture contribue à la pollution de l’air, à la pollution sonore, prend énormément de place et est souvent une gêne pour les autres utilisateurs de l’espace urbain. Aujourd’hui il serait souhaitable de réduire l’usage de l’automobile en ville au profit de transports doux. Mais est-il possible de ne pas posséder de voiture sans renoncer à sa mobilité? Voici quelques alternatives à la sacro-sainte bagnole :

La marche

Pour les déplacements de moins de 1 kilomètre, la marche à pied est le mode de déplacement le plus efficace. La marche est bonne pour la santé. D’ailleurs, l’OMS recommande 30 minutes d’activité physique 5 fois par semaine.

  • Repérez les petits commerces qui se trouvent près de chez vous (boulangerie, presse, coiffeur, pharmacie, marché …) et faites une partie de vos courses chez eux. Cela fera vivre aussi votre quartier.
  • Allez déposer à pied vos bouteilles en verre, vos vêtements dans les conteneurs prévus à cet effet. Vous le ferez plus souvent mais n’oubliez pas qu’une voiture consomme 50% de carburant en plus lors du premier kilomètre.
  • Emmenez le plus souvent possible vos enfants à l’école à pied.

Le vélo

Les déplacements de 5-6 kilomètres peuvent être fait à vélo. Le vélo en ville est un moyen de déplacement sûr et rapide. D’ailleurs, les cyclistes sont de plus en plus nombreux. Il permet d’aller de porte à porte. Le parking est facile et c’est un moyen de transport très peu onéreux. Les villes font beaucoup d’efforts pour développer l’usage du vélo en ville.

  • Si vous n’avez pas fait de vélo depuis votre enfance, recommencez doucement. Faites par exemple une sortie familiale le dimanche. Privilégiez les circuits plats.
  • Cherchez les itinéraires alternatifs. Le chemin le plus court en voiture n’est pas forcément le plus court en vélo.
  • N’abandonnez pas devant la première côte. Si dans un premier temps, vous êtes obligé de descendre de vélo, n’ayez pas honte. Avec un peu d’entraînement, vous arriverez dans peu de temps à la franchir.
  • Enfin, vous ne faites pas le Tour de France, allez-y à votre rythme.

Les transports en commun

Les villes possèdent en général un service de transports en commun : bus, tramway, métro. Renseignez-vous sur les arrêts les plus proches, les horaires. Utiliser les transports en commun peut être parfois avantageux en termes de coûts, de stress. Ils desservent les quartiers les plus densément peuplés, les administrations, le centre-ville, certains centres commerciaux …

Les villes développent les systèmes de parking relais. Si vous habitez en dehors de la ville, vous pouvez venir en voiture, déposer votre voiture dans un parking puis finir votre trajet en bus.

L’autopartage

De nombreux systèmes d’autopartage sont mis en place dans les villes. Ils permettent de louer l’usage d’une voiture. Les coûts liés aux frais d’entretien, au carburant sont pris en compte dans le prix de location et sont mutualisés entre tous les usagers. De nombreuses types de voitures sont disponibles (compact, familiale, utilitaires). Ces véhicules sont facturés à l’heure et au kilométrage effectué.

L’autopartage est idéal quand vous avez à transporter des choses volumineuses, que vous vous rendez dans un endroit non accessible à vélo ou en transport en commun ou quand vous sortez le soir ou le dimanche.

velo_1

Les autres alternatives

Les 4 alternatives présentées ci-dessus sont adaptées pour les trajets quotidiens : trajet domicile-travail, courses, loisirs. Mais pour les trajets plus longs, les vacances par exemple, il faut opter pour d’autres modes de transport.

  • le train : Peu émetteur de CO2, le train permet des déplacements pour les petits ou grands trajets. De plus, il vous permet de faire une autre activité (lire, regarder le paysage, travailler…) pendant votre voyage. L’inconvénient majeur est qu’il peut se révéler très cher. De plus, les trains de nuit et les lignes régionales sont souvent délaissés au profit du TGV.
  • le covoiturage : C’est un moyen pratique et peu onéreux de se déplacer à condition d’aimer parcourir de longues distances en voiture. Il existe de nombreuses plate-formes de covoiturage. Je vous propose de découvrir l’association covoiturage libre qui considère le covoiturage comme un bien commun.
  • les bus : L’offre de voyages en bus s’est élargie il y a quelques mois et cette alternative idéale est pour les petits budgets. Pensez aussi aux lignes de bus qui sont gérés par les départements pour les trajets dans votre région.
  • la location de voiture : Pour partir en vacances, vous pouvez opter pour la location de voiture à la semaine. Les prix et les offrent varient suivant les loueurs. Cette alternative peut être pratique si vous vous retrouvez dans une région pauvre en transports en commun.

Il existe d’autres initiatives pour se passer de voiture personnelle auxquelles je n’ai pas pensé. A chacun de trouver les alternatives les plus adaptées à son mode de vie qui dépend de votre lieu d’habitation, de votre famille…

Souhaitez-vous vous séparer de votre voiture? Quelles alternatives adopteriez-vous?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

6 réflexions au sujet de « Comment se passer de voiture personnelle en ville? »

    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Je me suis longtemps passée de voiture mais en arrivant à Poitiers, j’en ai achetée une. Je pense que cela dépend de notre ville de résidence.

      Répondre
  1. Un trésor dans mon placard

    Je suis en pleine réflexion sur le sujet mais bien qu’habitant en ville mon quartier n’est pas très bien desservit niveau transport en commun. La plus grosse difficulté est que j’habite sur les hauteurs (1.5 km de pente à 10%). Je me dit que le vélo électrique pourrait peut être une solution mais j’aurais peur de tomber dans la descente sur sol mouillé. Et puis comment bien se protéger par temps de pluie ?

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      Le vélo à assistance électrique t’aidera à franchir la côte plus facilement, c’est sur. Avant d’envisager de faire du vélo par temps de pluie, il faudrait que tu essayes un dimanche lorsqu’il y a moins de circulation surtout si çà fait longtemps que tu n’en as pas fait. La route que tu utilises d’habitude en voiture n’est peut-être pas celle la plus adaptée au vélo. On ne circule pas en ville en vélo comme on circule en voiture. Personnellement pour aller au centre-ville à Poitiers, j’ai trois chemins différents suivant mon mode de transport : à pied, en vélo ou en voiture.
      Pour la pluie, il existe des vêtements adaptés aux cyclistes. Et puis les jours où il pleut, tu peux peut-être changer de mode de transport.

      Répondre
  2. Céline

    Bonjour Catherine et bon retour sur le blog !
    Merci pour cet article. Personnellement, mon chum et moi avons fait le choix de ne pas avoir d’automobile (pour des raisons écologiques mais aussi de budget). Nous ne sommes pas en plein centre-ville mais notre quartier est bien desservi par les autobus. Sinon, c’est marche, vélo et service de « communauto » (qui offre bien des avantages). Nous rêvons de pouvoir faire du vélo notre mode de vie… c’est pourquoi nous envisageons de partir vivre aux Pays-Bas d’ici 2 ou 3 ans.

    Répondre
    1. Catherine [la marmotte chuchote] Auteur de l’article

      J’aimerais être aussi comme toi : pouvoir utiliser les transports en commun mais mon quartier n’est pas très bien desservi par les bus je trouve. J’espère que vous pourrez vivre bientôt aux Pays-Bas où le vélo fait vraiment parti de la vie quotidienne.

      Répondre

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un petit message.