Livre : Le syndrome de l’autruche de George Marshall

Aujourd’hui, nous ne pouvons plus ignorer le changement climatique alors pourquoi tant de personnes continuent de mettre de côté ce problème et se contentent de laisser faire? C’est sur ce constat que se base le livre de George Marshall, Le syndrome de l’autruche.

A travers le témoignage de scientifiques, de climatoseptiques, d’écologistes, l’auteur arrive à la conclusion que notre cerveau n’est pas formaté pour accepter cette réalité. Il passe ainsi en revue les nombreux arguments dont nous nous convainquons pour soit ignorer le problème soit pour laisser faire. Nous interprétons le monde grâce à nos expériences vécues. Par exemple, un événement climatique extrême comme un ouragan, s’il est dramatique, permet aussi une grande entraide entre voisin·e·s pendant et après la catastrophe. Cela nous donne, en un sens, un sentiment d’infaillibilité et nous permet de nous relever encore plus fort·e·s après les catastrophes naturelles. Les biais de confirmation (le fait de chercher des informations qui confirment nos idées) sont aussi un problème (à noter que les écologistes ne sont épargné·e·s par ces biais). Autre problème, notre désir de conformité : nous n’aimons pas être trop différent·e·s de nos concitoyen·ne·s. C’est pourquoi nous rentrons dans des groupes comme les climatoseptiques ou les écologistes.

Notre cerveau a été formaté par notre longue évolution. Nous avons tendance à reporter notre attention sur des menaces immédiates et se désintéresser des menaces lointaines comme le changement climatique. Nous avons du mal à appréhender un danger si diffus et à l’échelle de la planète alors même que nous en sommes conscient·e·s. On peut le résumer ainsi : « Le changement climatique est certain mais qu’est-ce que je peux y faire! ».

Pour parler du changement climatique, nous racontons des histoires. Et c’est peut-être dans cette façon de raconter que se trouve ce levier pour prendre le problème à bras le corps. Il faut bien choisir ses mots et trouver les personnes idéales pour faire passer le message afin que ce message soit compréhensible par le plus grand nombre sans laisser des personnes de côté. Comment faire pour que le changement climatique fasse la une des journaux et soit la principale préoccupation des politiques? C’est peut-être le plus grand défi des écologistes.

Si ce livre est plutôt basé sur la société américaine, les conclusions à tirer de ce livre peuvent s’appliquer à notre pays. Je pense également qu’il serait très utile aux militants écologistes pour adapter leur discours. Ce livre est aussi une mine d’informations sur le fonctionnement de notre cerveau qui nous empêche de passer à l’action pour lutter et atténuer le changement climatique.

Ce livre est tellement dense qu’il est difficile de le résumer en un article mais ce que j’ai apprécié c’est qu’il n’épargne personne, notamment les sympathisants écologistes. Georges Marshall les met face à leurs contradictions mais il a aussi beaucoup à nous apprendre sur notre façon de communiquer.

Avez-vous lu Le syndrome de l’autruche?

Vous avez aimé cet article. Partagez-le!

Envie de partager vos pensées! Laissez-moi un message.